Le­sé­ton­nants­si­len­ces­du pré­si­dent­de­laFé­dé­ra­tion

Le Parisien (Paris) - - Sports -

Alors que le vent se lève, Phi­lippe Saint- An­dré ap­pa­raît bien seul à la barre de son ba­teau bleu. Tra­hi, se­lon lui, par ses joueurs ven­dre­di à Car­diff ( dé­faite 27- 6 face aux Gal­lois), le sé­lec­tion­neur a ré­agi confu­sé­ment en cher­chant des boucs émis­saires, sans par­ve­nir à tran­cher vrai­ment au mo­ment de choi­sir les trente ap­pe­lés à pré­pa­rer le dé­pla­ce­ment en Ecosse le 8 mars. Le sé­lec­tion­neur du XV de France a éga­le­ment cé­dé face à la fronde des pré­si­dents et des en­traî­neurs des grands clubs du Top 14, re­non­çant au bout du compte à de­man­der la mise au re­pos de cer­tains in­ter­na­tio­naux ce week- end comme le lui per­met­tait pour­tant la conven­tion si­gnée par la Fé­dé­ra­tion et la Ligue na­tio­nale. Au mi­lieu de cette tem­pête, une voix lui manque, celle de son pré­sident Pierre Ca­mou, mu­ré dans le si­lence.

Pierre Ca­mou, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de rug­by, n’af­fiche pas son sou­tien à Phi­lippe Saint- An­dré, sé­lec­tion­neur des Bleus, pour­tant mal­me­né, no­tam­ment par les pré­si­dents de club, et af­fai­bli par des ré­sul­tats peu con­vain­cants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.