« Onest­tout­seuls pour­sau­ver­le­na­vire »

CFA/ Dan­sun­cli­mat­tour­men­té, Gé­rardLe­gal doit­pren­drece soir la pré­si­den­ce­du­club­du93 Ro­dol­pheMa­za­rin, ca­pi­tai­ne­deVille­momble, avant- der­nier­du­grou­peA

Le Parisien (Paris) - - Sports Ile- De- France - Pro­pos re­cueillis par CH­RIS­TOPHE LE­MAIRE

Al’ago­nie en cham­pion­nat, où le club, avant- der­nier du groupe A avec trois matchs de plus que le pre­mier non­re­lé­gable, n’a ga­gné qu’à deux re­prises cette sai­son, Ville­momble tra­verse une grave crise spor­tive. Une dé­pres­sion ag­gra­vée ces der­nières se­maines par la dé­mis­sion du pré­sident Dra­gan Ba­ri­sic et la mise à l’écart de l’en­traî­neur Phi­lippe Le­maître, de fac­to sup­pléé par son ca­pi­taine Mi­chel Aka­bla. Sa­me­di, lors de la dé­faite contre Au­ber­vil­liers ( 1- 0), c’est donc Ro­dolphe Ma­za­rin qui por­tait le brassard. Le dé­fen­seur cen­tral ( 29 ans) té­moigne du ma­laise des joueurs au mo­ment où le club dé­signe un nou­veau pré­sident ce soir. Comment les joueurs de Ville­momble vivent- ils le com­bat des chefs en cou­lisse ? RO­DOLPHE MA­ZA­RIN. C’est très dur. Il n’est pas fa­cile de s’en­traî­ner avec ce qu’il se passe et ce qu’on en­tend. Que se passe- t- il pré­ci­sé­ment ? L’am­biance est très bi­zarre. Tout le monde ne va pas dans la même di­rec­tion. Y com­pris dans l’en­tou­rage de la CFA, on a l’im­pres­sion qu’un­tel dé­fend ce­lui- ci, qu’un­tel dé­fend l’autre. C’est pe­sant. Quelle re­la­tion le groupe en­tre­tient- il avec la di­rec­tion ? Là en­core, c’est étrange. Pour la pre­mière fois de ma car­rière, j’ai le sen­ti­ment de ne pas être sou­te­nu. Le pré­sident, on ne le voyait que très ra­re­ment. C’est peut- être cho­quant, mais j’ai l’im­pres­sion qu’ils ai­me­raient qu’on des­cende. C’est d’ailleurs con­tra­dic­toire, parce qu’ils doublent la prime en cas de bons ré­sul­tats… Mal­gré la dé­faite, Ville­momble a fait preuve d’un état d’es­prit conqué­rant sa­me­di contre Au­ber­vil­liers… On vou­lait mon­trer que, nous, on se bat pour le club et qu’on n’est pas là que pour en­cais­ser la paie à la fin du mois. On aime le foot. On y joue de­puis qu’on est gosses. Il fal­lait que la di­rec­tion le com­prenne. Qu’elle sai­sisse qu’on a be­soin de leur sou­tien. Ce n’est pas for­cé­ment en­ten­du, et c’est dom­mage. De toute fa­çon, on est tout seuls mainte- nant pour sauver le na­vire. On ne peut comp­ter que sur nous- mêmes. Comment avez- vous ac­cueilli la prise de fonc­tion de Mi­chel Aka­bla en tant que coach ? Très bien. Aus­si bien en tant qu’homme que ca­pi­taine, il a tou­jours été exemplaire. Il est droit. Ce n’est plus tou­jours le cas dans le football. Sa­me­di, on au­rait vou­lu lui of­frir la vic­toire pour l ui mon­trer qu’on est der­rière lui. Vous avez à cette oc­ca­sion re­noué avec le ter­rain, après deux mois sans jouer… Je re­viens de loin. Je jouais tout le temps jus­qu’en no­vembre, puis on m’a mis au pla­card alors que j’ai eu un coup de moins bien. Que s’est- il pas­sé ? On a vou­lu me vi­rer à la trêve, alors que je suis un sol­dat du club. J’y suis de­puis tout pe­tit, même si j’ai eu des ex­pé­riences entre- temps. Je l’ai très mal vé­cu. Et ce­la a pro­vo­qué une cas­sure avec le coach.

On a vou­lu me vi­rer à la trêve,

alors que je suis un sol­dat du club”

Ce­la a- t- il contri­bué au dé­part de Phi­lippe Le­maître ? Hu­mai­ne­ment, il était ap­pré­cié. Mais spor­ti­ve­ment, le dis­cours pas­sait moins. Il nous fal­lait d’autres mé­thodes de travail. Son dé­part arrive un peu tard à mon goût. Croyez- vous en­core au main­tien ? On ne va pas se men­tir… Les matchs, nous al­lons main­te­nant es- sayer de les ga­gner pour notre amour- propre.

nLe

FC Man­tois ( 5e du groupe A de CFA) ac­cueille Cham­bly ( 10e) ce soir ( 20 heures) pour le compte de la 16e jour­née, un match ini­tia­le­ment pré­vu le 25 jan­vier mais re­por­té en rai­son de la mé­téo.

( LP/ Ar­naud Jour­nois.)

Beau­vais, le 2 no­vembre. Mal­gré « l’am­biance très bi­zarre » qui règne ac­tuel­le­ment au club, Ro­dolphe Ma­za­rin et les joueurs de Ville­momble s’ef­forcent de res­ter vo­lon­taires et con­qué­rants sur le ter­rain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.