Fausses in­fos, vrai­phé­no­mène

Hu­mour. Le Go­ra­fi, site d’in­for­ma­tions­pa­ro­diques, est tel­le­ment plau­sible que beau­coups’y laissent prendre. Un­mil­lion d’in­ter­nautes se dé­lectent chaque mois des fa­cé­ties de ces jour­na­listes ano­nymes.

Le Parisien (Paris) - - Télévision Etmédias - THIER­RY DAGUE

Le 3 fé­vrier au soir, en di­rect sur BFM TV, l’ex- mi­nistre Ch­ris­tine Bou­tin lit fiè­re­ment un com­mu­ni­qué de Ma­ti­gnon qui, se­lon elle, tra­duit la pa­nique gou­ver­ne­men­tale : si la loi sur la fa­mille est re­por­tée, c’est en ver­tu d’une « stra­té­gie pro­vi­soire d’avan­ce­ment à po­ten­tia­li­té dif­fé­rée » . Pro­blème : la ci­ta­tion n’est qu’une blague du Go­ra­fi. Un site d’in­fos pa­ro­diques dont les faux ar­ticles sonnent plus vrais que na­ture.

En deux ans d’exis­tence, le Go­ra­fi s’est taillé une ré­pu­ta­tion presque aus­si en­viable que celle du « Figaro » , dont il pas­tiche le pa­tro­nyme. Un mil­lion de vi­si­teurs uniques par mois, 97 000 abon­nés sur Twit­ter, 173 000 fans sur Fa­ce­book où l’on s’échange, en ri­ca­nant, ses unes hi­la­rantes, que Ch­ris­tine Bou­tin n’est pas la seule à lire au pre­mier de­gré. La presse ita­lienne a ain­si vrai­ment cru que « 89 % des Fran­çais pensent que le cli­to­ris est un mo­dèle de Toyo­ta » . Des té­lé­spec­ta­teurs de France 2 se sont réel­le­ment scan­da­li­sés qu’on ait re­trou­vé « un can­di­dat de Fort Boyard ou­blié dans la cel­lule d’une épreuve pen­dant sept ans » , un ar­ticle re­layé plus de six mil­lions de fois. Des dé­pu­tés fran­çais, in­ter­ro­gés par Ca­nal +, ne se sont pas éton­nés que, se­lon le Me­def, « les Fran­çais de­vraient tra­vailler un mois de plus pour tou­cher leur trei­zième mois » .

nIls cultivent leur dis­cré­tion

Qui sont ces plai­san­tins sur­doués ? Of­fi­ciel­le­ment, le Go­ra­fi se pré­sente comme « un jour­nal d’in­for­ma­tion gé­né­ra­liste créé en 1826 par Jean- Re­né Buis­sière, après un désac­cord avec la ré­dac­tion du Figaro » , et se­rait au­jourd’hui di­ri­gé par son des­cen­dant, Jean- Fran­çois Buis­sière. Plus pro­saï­que­ment, le site, ba­sé dans le quar­tier pa­ri­sien du Ma­rais, a été créé en fé­vrier 2012 par une quin­zaine de jour­na­listes, blo­gueurs, au­teurs pour la té­lé­vi­sion, qui en­tre­tiennent le mys­tère. Sol­li­ci­tés pour une interview, ses res­pon­sables se sont dits « trop pris ces temps- ci » .

Le 21 jan­vier, pour­tant, Sé­bas­tien Lié­bus, 36 ans, et Pa­blo Mi­ra, 28 ans, ont fait une en­torse à leur sou­ci de dis­cré­tion en ap­pa­rais­sant à visage dé­cou­vert — et en tongs — sur le plateau du « Grand Jour­nal » de Ca­nal + pour pro­mou­voir « l’An­née du Go­ra­fi » , un livre com­pi­lant leurs meilleures trou­vailles ( De­noël, 225 pages, 14 €). Face à An­toine de Caunes, les deux com­plices sont res­tés dans la dé­ri­sion. Mais ils ont consen­ti à dé­cla­rer à « l’Ex­press » vou­loir « com­battre l’es­prit de sé- rieux avec sé­rieux » , dé­fi­nissent Le­go­ra­fi. fr comme « un monde bis où l’ab­surde est re­la­ti­ve­ment plau­sible » et se dé­fendent d’être des « don­neurs de le­çons » . Ce sont pour­tant bien les tra­vers jour­na­lis­tiques que bro­carde leur hu­mour ra­va­geur, quelque part entre l’es­prit Ca­nal de « Gro­land » et l’an­cien jour­nal pas­tiche « In­fos du monde » . Leurs « in­faux » bé­né­fi­cient d’un im­pact dé­mul­ti­plié par les ré­seaux so­ciaux, où sé­vissent d’autres adeptes du dé­tour­ne­ment comme le col­lec­tif Hu­mour de droite, le compte Twit­ter agen­ce­fran­cePRESQUE ou le site Bil­bo­quet- ma­ga­zine. fr.

Faire le buzz suf­fit- il à être ren­table ? « Les re­ve­nus du site pro­viennent de nos jour­na­listes qui paient ru­bis sur l’ongle pour conser­ver leur place dans la ré­dac­tion » , avance Le­go­ra­fi. fr, qui ac­cueille de la pu­bli­ci­té mais se dit « to­ta­le­ment in­dé­pen­dant » et an­nonce un ca­pi­tal de… 200 €. Pro­chaine étape, se­lon une tribune pu­bliée par « les Inrocks » : ra­che­ter « le Figaro » . « Ils se­ront bien trai­tés, cer­tains pour­ront même conser­ver leur bu­reau et un ac­cès au res­tau­rant d’en­tre­prise. »

( LP/ Ar­naud Dumontier.)

De­puis 2012, le site Le­go­ra­fi. fr dif­fuse chaque ma­tin une sé­rie d’ar­ticles — par la suite lar­ge­ment com­men­tés — qui re­bon­dissent sur l’ac­tua­li­té. Avec des conte­nus plus ou moins plau­sibles...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.