Moins de fu­meurs et plus de va­po­teurs

L’an der­nier, les ventes de ci­ga­rettes ont chu­téde plus de 7 %. Prin­ci­pale cause de cet­te­baisse : l’usage de va­po­teuses ache­tées dans 1 600pointsde vente.

Le Parisien (Paris) - - La Une - FLO­RA GE­NOUX

« U ne baisse ex­cep­tion­nelle » . Se­lon un bi­lan de l’Ob­ser­va­toire fran­çais des drogues et toxi­co­ma­nies ( OFDT), les ventes de ci­ga­rettes ont chu­té de 7,6 % en 2013. « La pro­gres­sion de celles de ta­bac à rou­ler, moins im­por­tante que les an­nées pré­cé­dentes (+ 2,6 %), ne com­pense que mar­gi­na­le­ment cette baisse » , sou­ligne le rap­port. Tous ta­bacs confon­dus, « c’est la pre­mière fois de­puis 2005 que le chiffre d’af­faires ( NDLR : du sec­teur) ne pro­gresse pas, alors que jusque- là, les hausses de prix avaient tou­jours com­pen­sé les baisses des ventes » , rap­porte l’OFDT.

Pour­quoi des mil­liers de fu­meurs ont- ils ar­rê­té de pous­ser la porte d’un bu­reau de ta­bac ? En par­tie à cause de la hausse des prix se­lon l’OFDT, dont la ca­dence s’est ac­cé­lé­rée en quelques mois : après une aug­men­ta­tion de 40 cen­times en oc­tobre 2012, puis de 20 cen­times en juillet der­nier, les ta­rifs ont en­core grim­pé de 20 cen­times le mois der­nier.

Le pa­quet de Marl­bo­ro, le plus ven­du en France, af­fiche dé­sor­mais le mon­tant sym­bo­lique de 7 €. Mais se­lon l’Ob­ser­va­toire, c’est l’ef­fet conju­gué de la fis­ca­li­té et de l’es­sor de l’e- ci­ga­rette qui ex­plique le dé­clin des ventes.

La contre­bande aug­mente

« Cette baisse cor­res­pond exac­te­ment aux ci­ga­rettes de 1,5 mil­lion de va­po­teurs » , ana­lyse Ber­trand Daut­zen­berg, pré­sident de l’Of­fice fran­çais de pré­ven­tion du tabagisme. « D’ailleurs, les ventes de patchs se sont ef­fon­drées de 18 %. » Dans les ca­bi­nets de consul­ta­tion en ta­ba­co­lo­gie, la so- lu­tion e- ci­ga­rette s’est gé­né­ra­li­sée confie le pneu­mo­logue quand de nom­breux mé­de­cins avaient ré­agi avec fri­lo­si­té à l’ar­ri­vée de l’ob­jet.

« L’e- ci­ga­rette n’est pas un pro­duit sain, mais c’est 1 000 fois mieux que la ci­ga­rette » , es­time le pro­fes­sion­nel. En no­vembre der­nier, 100 spé­cia­listes, pneu­mo­logues ou ad­dic­to­logues, lan­çaient un ap­pel en fa­veur de la va­po­teuse, mar­quant l’ac­cueil plus fa­vo­rable du mi­lieu mé­di­cal. En pa­ral­lè- le, le nombre d’en­seignes dé­diées à l’e- ci­ga­rette a bon­di, ri­va­li­sant avec les bu­reaux de ta­bac. « On a dé­pas­sé les 1 600 bou­tiques. Leur pré­sence a été mul­ti­pliée par deux en moins de six mois, il y en a même dans les vil­lages » , ré­vèle Brice Le­poutre, pré­sident de l’As­so­cia­tion in­dé­pen­dante des uti­li­sa­teurs de ci­ga­rette électronique.

« L’e- ci­ga­rette comme rai­son ex­clu­sive à la baisse des ventes, c’est de la poudre aux yeux, fus­tige Pas- cal Mon­tre­don, pré­sident de la Con­fé­dé­ra­tion des bu­ra­listes, en réa­li­té ce sont les prix qui aug­mentent et le mar­ché pa­ral­lèle qui ne cesse de pro­gres­ser. » Se­lon les bu­ra­listes, la contre­bande de ci­ga­rettes et les achats à l’étran­ger sont pas­sés de 3 % en 2003 à 24- 25 % au­jourd’hui. Dans le cadre d’un nou­veau plan Can­cer, Fran­çois Hollande a an­non­cé une pour­suite des hausses de prix du ta­bac.

( LP/ Ar­naud Jour­nois.)

Dans les ca­bi­nets de consul­ta­tion en ta­ba­co­lo­gie, la so­lu­tion e- ci­ga­rette s’est gé­né­ra­li­sée. Le nombre d’en­seignes qui lui sont dé­diées a même bon­di, ri­va­li­sant au­jourd’hui avec les bu­reaux de ta­bac.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.