Le SOS du pré­fet du Var

Le Parisien (Paris) - - Politique - TOU­LON ( VAR) De notre cor­res­pon­dante DIANE AN­DRÉ­SY

Dans le Var, 33 % des listes de can­di­dats dans les villes de plus de 1 000 ha­bi­tants n’ont tou­jours pas été dé­po­sées à la pré­fec­ture. « Ce­la fait 38 com­munes, sur les 116 du dé­par­te­ment, où au­cune liste n’a en­core été dé­cla­rée » , dé­plore le pré­fet, Laurent Cay­rel. C’est le cas dans des grandes ag­glo­mé­ra­tions comme Dra­gui­gnan ou Fré­jus et même dans des pe­tites com­munes du bord de mer comme Saint- Tro­pez ou Ban­dol. « Et même par­mi les listes dé­jà trans­mises, 20 % d’entre elles contiennent des er­reurs ! Je lance donc un ap­pel à tous les can­di­dats pour qu’ils n’at­tendent pas le der­nier mo­ment. »

A Fré­jus, Da­vid Ra­chline, le can­di­dat FN qui brigue la mai­rie, don­né en tête dans les son­dages, n’a pas en­core ef­fec­tué les dé­marches ad­mi­nis­tra­tives. « Notre liste est com­plète et compte 45 noms, mais pour une ques­tion d’agenda, nous n’avons pas pu le faire avant. On est tous les jours sur le ter­rain mais, pro­mis, on la dé­pose avant la fin de cette se­maine » , as­sure- t- il. Dans les villes où le com­bat s’an­nonce fé­roce, en réa­li­té, les can­di­dats s’ob­servent du coin de l’oeil et pré­fèrent que leurs concur­rents se dé­clarent d’abord. Ques­tion de tac­tique élec­to­rale. Mais à moins de dix jours de la date de clô­ture des can­di­da­tures, le pré­fet s’im­pa­tiente. Sou­li­gnant que les er­reurs sur les listes sont fré­quentes, il in­siste : « Les ser­vices de l’Etat ont be­soin de temps pour tout vé­ri­fier. Il ne faut donc pas at­tendre le 6 mars à 18 heures car, si une liste se ré­vèle in­com­plète, le can­di­dat s’ex­pose à ne pas être re­te­nu dans sa can­di­da­ture. Je dis ce­la afin qu’il n’y ait pas de mau­vaises sur­prises… »

Laurent Cay­rel, pré­fet du Var.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.