Faute d’ in­ver­sion, une sta­bi­li­sa­tion…

Le nombre de de­man­deurs d’em­ploi a aug­men­téde 0,3 % en jan­vier. Une ten­dance iden­tique à celle de dé­cembre.

Le Parisien (Paris) - - Economie - CA­THE­RINE GASTÉ

Aun mois des élec­tions mu­ni­ci­pales, le gou­ver­ne­ment pou­vait es­pé­rer être por­teur d’une bonne nou­velle. Pa­tra­tras. Pas d’em­bel­lie en vue sur les chiffres du chô­mage de jan­vier. Le com­mu­ni­qué du mi­nis­tère du Travail est tom­bé hier à 18 heures ta­pantes. Et comme le mois pré­cé­dent, le nombre de de­man­deurs d’em­ploi a pour­sui­vi sa hausse, avec une aug­men­ta­tion de 8 900 en jan­vier (+ 0,3 %), soit un to­tal de 3 316 200 ins­crits en ca­té­go­rie A ( les chô­meurs im­mé­dia­te­ment dis­po­nibles). Un chiffre qua­si iden­tique à ce­lui de dé­cembre. De quoi r ap­pe­ler aux Fran­çais l’his­toire d’une dou­lou­reuse pro­messe pré­si­den­tielle non te­nue. Celle de l’in­ver­sion de la courbe du chô­mage an­non­cée fin 2013, une fois de plus, ren­voyée à plus tard…

Dès le ma­tin, le mi­nistre du Travail et de l’Em­ploi, Mi­chel Sa­pin, qui avait re­çu les chiffres la veille au soir ( comme chaque fois), a dû se je­ter à l’eau et ré­pondre aux ques­tions des jour­na­listes : « Ce qui compte, ce sont les ten­dances, ce qui se passe mois par mois n’a pas d’in­té­rêt » , a- t- il lan­cé lors de sa vi­site du Sa­lon de l’agri­cul­ture. Avant de re­for­mu­ler une pro­messe, celle- là moins ris­quée : « Nous al­lons faire re­cu­ler ce chô­mage en 2014. » Un op­ti­misme qu’il fonde sur le pe­tit 1 % de crois­sance éco­no­mique es­pé­ré en 2014, un taux avec le­quel « il est pos­sible de créer de l’em­ploi » , se­lon lui. Une thèse que la plu­part des éco­no­mistes ré­futent pour­tant. La plu­part es­timent en ef­fet à 1,2 % le taux mi­ni­mum pour ar­rê­ter les des­truc­tions d’em­plois et à 1,5 % ce­lui pour en créer de nou­veaux. D’ailleurs l’In­see pré­voit un chô­mage en­core à la hausse en 2014, le­quel de­vrait grim­per à 11 % de la po­pu­la­tion ac­tive fin juin contre 10,5 % au troi­sième tri­mestre 2013 ( der­niers chiffres pu­bliés ). Et Bruxelles, dans ses pré­vi­sions pu­bliées avan­thier, se montre tout aus­si pes­si­miste pour cette an­née et la sui­vante. Les em­ployeurs de­vraient pré­fé­rer aug­men­ter la pro­duc­ti­vi­té plu­tôt qu’em­bau­cher, juge la Com­mis­sion eu­ro­péenne.

L’exé­cu­tif voit pour­tant dans l’amé­lio­ra­tion du chô­mage des jeunes, en baisse de­puis plus de sept mois, un signe qui ne trompe pas. Il mise aus­si dé­sor­mais, avec les contrats ai­dés, sur sa deuxième arme fa­tale contre le chô­mage : le pacte de res­pon­sa­bi­li­té. Une im­por­tante baisse de charges an­non-

L’ob­jec­tif en termes de con­tre­par­ties se­rait au mi­ni­mum la créa­tion d’un mil­lion d’em­plois” Ar­naud Mon­te­bourg, à pro­pos du pacte de res­pon­sa­bi­li­té

cée ( 30 Mds€ à l’ho­ri­zon 2015) cen­sé doit re­don­ner confiance aux en­tre­prises. Pour­vu qu’elles jouent le jeu du don­nant- don­nant et créent mas­si­ve­ment des em­plois. Alors que l’Ely­sée et Ma­ti­gnon se font plu­tôt dis­crets sur les ob­jec­tifs chif­frés — cam­pagne des mu­ni­ci­pales oblige — hier, le mi­nistre du Re­dres­se­ment pro­duc­tif, a re­fixé les en­chères : « Pour moi, l’ob­jec­tif en termes de con­tre­par­ties se­rait au mi­ni­mum la créa­tion d’un mil­lion d’em­plois. » Un mil­lion d’em­plois d’ici à 2015, c’est pré­ci­sé­ment ce que pro­pose le Me- def dans « ses 25 en­ga­ge­ments pour la crois­sance » mis sur la table au dé­but du mois. Sauf que pour y par­ve­nir, ce­lui- ci ré­clame 60 Mds€ d’im­pôts et de charges en moins pour les en­tre­prises d’ici à 2017. Et ne veut pas en­tendre par­ler de con­tre­par­ties chif­frées.

C’est jus­te­ment l’ob­jet de la ren­contre pré­vue de­main entre le pa­tro­nat et les syn­di­cats. Mais beau­coup se disent scep­tiques. D’au­tant que des sanctions, en cas de con­tre­par­ties non te­nues, ne semblent pas à l’ordre du jour. Se­lon Ar­naud Mon­te­bourg, « ce se­ra le re­gard de la na­tion dans toutes ses com­po­santes, y com­pris les sa­la­riés dans l’en­tre­prise aux­quels des pro­messes au­ront été faites. Et c’est dé­jà pas mal » .

As­su­rance chô­mage. Alors que les syn­di­cats et le pa­tro­nat se réunissent au­jourd’hui pour une nou­velle né­go­cia­tion sur l’as­su­rance chô­mage, ce der­nier a ré­ité­ré, hier, ses pré­cé­dentes pro­po­si­tions, dont la sup­pres­sion du ré­gime spé­cial des in­ter­mit­tents du spec­tacle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.