L’Éta­tres­teau ca­pi­tald’Air­France etRe­nault

Le Parisien (Paris) - - Economie -

as ques­tion pour l’Etat de sor­tir du ca­pi­tal de Re­nault et d’Air France. Du moins pas tant que l’ave­nir de ces deux grands groupes ne se­ra pas to­ta­le­ment sta­bi­li­sé. C’est ce qu’a confir­mé hier le di­rec­teur gé­né­ral de l’Agence des par­ti­ci­pa­tions de l’Etat ( APE), Da­vid Azé­ma, de­vant la com­mis­sion des Fi­nances du Sé­nat. Le com­mis­saire es­père ain­si évi­ter à la com­pa­gnie aé­rienne tri­co­lore d’être la « cible po­ten­tielle de cer­tains » et lui per­mettre de tra­ver­ser une pé­riode de tur­bu­lences. Air France a en ef­fet connu une sé­rie de plans de ré­duc­tion des coûts et du per­son­nel ces der­nières an­nées. Quant au construc­teur au­to­mo­bile, il est en pleine mu­ta­tion avec l’al­liance Nis­sanRe­nault. L’en­tre­prise n’est pas « au bout stra­té­gi­que­ment » de ses étapes de dé­ve­lop­pe­ment, a jus­ti­fié Da­vid Azé­ma. Même es­prit pour PSA Peu­geot Ci­troën : l’Etat n’en sor­ti­ra pas avant de consta­ter une cer­taine sta­bi­li­té.

P

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.