Conso: moins de soupes, plus de vé­los

Le Parisien (Paris) - - Société - F. G.

Les ca­prices du ciel se font sen­tir jusque dans les cha­riots. Alors que l’hi­ver 2013- 2014 s’im­pose comme le troi­sième hi­ver le plus doux de­puis cin­quante ans, les consom­ma­teurs boudent de nom­breux pro­duits. « Le plus gros flop, ce sont les soupes et les po­tages. Leurs ventes baissent de 9 % en jan­vier par rap­port à l’an­née pré­cé­dente et même de 10 % en fé­vrier, ré­vèle Mar­ge­rie Cau­vin, di­rec­trice fi­nan­cière de Clim­pact Met­next, so­cié­té qui scrute les risques mé­téo pour les en­tre­prises. La tem­pé­ra­ture était in­fé­rieure de 4 de­grés au mois de jan­vier 2014 par rap­port à l’an­née pré­cé­dente. »

Un gas­pa­cho plu­tôt qu’une ra­clette

Vic­time co­rol­laire de la dou­ceur : les lé­gumes d’hi­ver, na­vets ou poi­reaux, ont été dé­lais­sés sur les étals. « Ce sont ty­pi­que­ment les in­gré­dients pour un pot- au- feu ou une soupe » , ob­serve Jean- Louis Ber­trand, co­fon­da­teur de Mé­téo Pro­tect, qui ac­com­pagne les en­tre­prises face aux aléas cli­ma­tiques. Nos pas dans un su­per­mar­ché sont- ils à ce point gui­dés par le ther­mo­mètre ? « Ab­so­lu­ment, et c’est in­cons­cient, re­lève Mar­jo­rie Cau­vin. La baisse des soupes a d’ailleurs en par­tie été com­pen­sée par l’achat de jus de lé­gume froid qui aug­mente de 2 %. » Un gas­pa­cho en lieu et place de la ra­clette. Le fro­mage à con­som­mer chaud a lui aus­si fon­du, de 7,6 % au mois de fé­vrier. Tout comme les crèmes et soins pour visage et corps, en baisse de 4,5 % dans les pa­niers.

La dou­ceur de la sai­son nous a éga­le­ment re­te­nu de ra­fler dou­dounes et vê­te­ments chauds, no­tam­ment pen­dant les soldes. « C’est la pre­mière fois qu’on re­lève un tel im­pact de la mé­téo sur les achats pen­dant l’hi­ver » , confie Ben­ja­min Guer­ville, di­rec­teur com­mer­cial du site de vente en ligne Price Mi­nis­ter-Ra­ku­ten. Gi­lets, vestes, pulls et man­teaux ont tous chu­té, de 13 % à 32 %, mal­gré des pro­mo­tions al­lé­chantes. « Le consom­ma­teur est ma­lin et op­por­tu­niste : il ne sou­haite pas réa­li­ser un achat dont il n’au­ra pas l’uti­li­té im­mé­diate » , ana­lyse Ben­ja­min Guer­ville.

Ma­lin mais pas for­cé­ment éco­nome : les Fran­çais ont pré­fé­ré les bas­kets en toile aux épaisses bottes four­rées. « Les ventes d’ou­tils de jar­di­nage ont dou­blé en fé­vrier par rap­port à la même pé­riode l’an­née pré­cé­dente » , pour­suit Ben­ja­min Guer­ville. La clé­mence a donc vi­si­ble­ment in­ci­té les grands fri­leux à mettre le nez de­hors. Les ventes de vé­los et ac­ces­soires de cyclisme ont bon­di de 54 % sur Pri­ceMi­nis­ter ces deux der­niers mois, comme les ar­ticles de ran­don­née ou de course à pied.

( LP/ Ca­mille Ne­veux.)

En rai­son des tem­pé­ra­tures par­ti­cu­liè­re­ment éle­vées cet hi­ver, les ventes de vé­los ont bon­di de 54 % sur Pri­ceMi­nis­ter ces deux der­niers mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.