Nou­vel­le­charge

Unan­cienPDGde la Fran­çaise des jeux, Gé­rardCo­lé, ac­cuse à sontour l’en­tre­prise de lé­ser les ama­teursde ti­ckets de grat­tage.

Le Parisien (Paris) - - Lefaitdujour - LOUISE COL­COM­BET

Ya- t- il d’autres lois que celle du ha­sard qui ré­gissent les jeux de grat­tage ? Alors qu’il se bat de­puis huit ans de­vant les tri­bu­naux pour faire reconnaître une « escroquerie » de la part de la Fran­çaise des jeux ( FDJ) dans la ma­nière dont elle ré­par­tit les gains de ses As­tro, Ban­co, Cash..., Ro­bert Ri­blet, ingénieur à la re­traite, vient de re­ce­voir un sou­tien de taille. Gé­rard Co­lé, l’an­cien pa­tron de la FDJ en place au mo­ment de la créa­tion de ces jeux en 1989, as­sure dans une dé­cla­ra­tion écrite — confir­mée mer­cre­di soir à l’AFP — que les ar­gu­ments de Ro­bert Ri­blet sont « fon­dés » .

« Des mil­liers de joueurs ont été lé­sés » , es­time l’ex- PDG, dé­non­çant « une éga­li­té des chances qui n’a ja­mais exis­té » . Il pré­cise qu’il se tient à la dis­po­si­tion de la jus­tice, alors qu’une ins­truc­tion est en cours sur le vo­let pé­nal de l’af­faire. Un té­moi­gnage po­ten­tiel­le­ment em­bar­ras­sant pour la FDJ, qui est at­ta­quée sur un sec­teur clé de son ac­ti­vi­té : avec un chiffre d’af­faires an­nuel de 5,5 Mds€, les jeux de grat­tage re­pré­sentent l’ac­ti­vi­té la plus ren­table de l’en­tre­prise, dé­te­nue à 72 % par l’Etat.

La FDJ a ré­pli­qué dès hier, an­non­çant le dé­pôt d’une plainte pour « pres­sions sur la jus­tice » à l’en- contre de Gé­rard Co­lé, « dont les dé­cla­ra­tions par voie de presse, en toute fin d’ins­truc­tion, consti­tuent une ins­tru­men­ta­li­sa­tion de la jus­tice » se­lon Me Thier­ry Her­zog, avo­cat de la FDJ. Une pro­cé­dure qui re­lève de « l’écran de fu­mée » , a ré­pon­du Co­lé.

nTé­moi­gnages trou­blants

Pour au­tant, rien ne dit que cet ap­pui de der­nière mi­nute pour­ra faire bas­cu­ler la jus­tice qui, jus­qu’ici, n’a ja­mais don­né rai­son à Ro­bert Ri­blet. En août, il a été dé­bou­té par la ju­ri­dic­tion ci­vile de­vant la­quelle il ré­cla­mait plus de 1 M€. Il a fait ap­pel. Dans sa plainte au pé­nal, après un pre­mier non- lieu en mars 2013, l’an­cien ingénieur, qui a réus­si à re­lan­cer l’ins­truc­tion, joue dé­sor­mais son va­tout avec de nou­veaux témoignages dont ce­lui de Gé­rard Co­lé. Des dé­cla­ra­tions to­ni­truantes mais qui posent ques­tion : tout en abon­dant dans le sens d’un tru­cage or­ga­ni­sé, l’ex- PDG se dé­fend d’en avoir été in­for­mé lors­qu’il était à la tête de l’en­tre­prise. La FDJ, ex­plique- t- il, se trou­vant sous la tu­telle di­recte du mi­nis­tère des Fi­nances, « c’est Ber­cy qui dé­cide » . « Il y avait quatre ni­veaux hié­rar­chiques, jus­ti­fie- t- il, pru­dent, entre moi et les concep­teurs de ces jeux. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.