Un­po­ten­tiel­de­plusde10 000em­plois

Le Parisien (Paris) - - Economie - V. V.

L’Au­to­ri­té de la concur­rence a fait ses cal­culs. Si le sec­teur du trans­port in­ter­ré­gio­nal en au­to­car s’ou­vrait, ce sont po­ten­tiel­le­ment entre 10 000 et 16 000 em­plois qui pourraient être créés. Pour ob­te­nir cette four­chette de chiffres, l’Au­to­ri­té est al­lée re­gar­der chez nos voi­sins eu­ro­péens et no­tam­ment outre- Manche. Ain­si, en Grande- Bre­tagne où le sec­teur est dé­ré­gle­men­té de­puis 1985, le trans­port en au­to­car re­pré­sente 4 % du trans­port longue dis­tance ( soit 30 mil­lions de pas­sa­gers). Com­pa­ré au mar­ché an­glo- saxon, le mar­ché fran­çais n’en est donc qu’à ses dé­buts. En ef­fet, l’au­to­car ne trans­porte que 110 000 voya­geurs par an dans notre pays. Au­tre­ment dit, une goutte d’eau. Le chiffre d’af­faires du sec­teur est es­ti­mé à seule­ment 2 M€ par an. En cas d’ou­ver­ture du mar­ché, l’Au­to­ri­té de la concur­rence es­time que l’ac­ti­vi­té pour­rait pro­gres­ser de 1,5 à 3 % par an à l’ho­ri­zon 2020.

nDes villes des­ser­vies par ca­bo­tage

Ac­tuel­le­ment, le sec­teur est do­mi­né par deux opé­ra­teurs. Tout d’abord Eu­ro­lines, pro­prié­té de Trans­dev, qui dé­tient 90 % du mar­ché fran­çais avec plus de 60 villes fran­çaises des­ser­vies par ca­bo­tage, c’est la condition pour que ce type de trans­port soit au­to­ri­sé par l’ad­mi­nis­tra­tion, de­puis une ville étran­gère ( Bruxelles, Am­ster­dam, Tu­rin, Barcelone, etc.). L’autre acteur se nomme iDbus, fi­liale de la SNCF, ar­ri­vé à l’été 2012. Ce duo fran­co- fran­çais pour­rait ra­pi­de­ment ti­rer son épingle du jeu en cas d’ou­ver­ture du sec­teur. Le groupe bri­tan­nique Sta­ge­coach et sa marque Me­ga­bus, poids lourd mon­dial du sec­teur, pourraient les re­joindre. Avec ses 35 000 sa­la­riés et ses 3 mil­lions de pas­sa­gers trans­por­tés chaque jour, il est pré­sent en Grande- Bre­tagne mais aus­si aux Etats- Unis et au Canada. L’autre acteur iden­ti­fié par l’Au­to­ri­té de la concur­rence est Star­ship­per. Comme son nom ne l’in­dique pas, c’est un grou­pe­ment d’une cen­taine de PME fran­çaises de trans­port par au­to­car. Ac­tuel­le­ment, elles ex­ploitent es­sen­tiel­le­ment des lignes ré­gu­lières en conven­tion avec des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales ou bien des lignes de ra­mas­sage sco­laire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.