Les­pi­ra­tes­ne­nou­sau­ront­pas

Après les failles de sé­cu­ri­té dé­cou­vertes sur les ap­pa­reils Apple, voi­ci quelques conseils pour évi­ter les mau­vaises sur­prises sur smart­phones et ta­blettes.

Le Parisien (Paris) - - Lerendez- Vous -

On pen­sait que la marque à la pomme était éter­nel­le­ment pro­té­gée de la me­nace. Et puis pa­ta­tras. Il y a quelques jours, les iP­hone, iPad, iPod et même les or­di­na­teurs por­tables d’Apple ont été vic­times d’une faille de sé­cu­ri­té. Ni­chée au coeur du pro­gramme gé­rant le sys­tème iOS 7 qui équipe les ap­pa­reils por­tables de la marque ca­li­for­nienne, elle per­met à un pi­rate d’in­ter­cep­ter les com­mu­ni­ca­tions entre un smart­phone, une ta­blette ou un or­di­na­teur et le ré­seau pen­dant une tran­sac­tion, pour dé­ro­ber des iden­ti­fiants et co­or­don­nées ban­caires par exemple.

Si un cor­rec­tif a été ra­pi­de­ment mis à dis­po­si­tion, ce bug est la preuve que, con­trai­re­ment à ce que pensent la plu­part des uti­li­sa­teurs, smart­phones et ta­blettes sont dé­sor­mais aus­si vul­né­rables que les or­di­na­teurs. Mieux vaut donc ob­ser­ver quelques règles ba­siques.

nMise à jour obli­ga­toire

On né­glige souvent cette ma­noeuvre pour­tant es­sen­tielle. Dès qu’une mise à jour est dis­po­nible, n’hé­si­tez pas à la té­lé­char­ger en sui­vant la pro­cé­dure du fa­bri­cant. Par­mi les amé­lio­ra­tions qu’une mise à jour pro­pose se nichent souvent de pe­tites cor­rec­tions per­met­tant de sta­bi­li­ser et de pro­té­ger le sys­tème d’ex­ploi­ta­tion. Les pro­prié­taires d’iP­hone et d’iPad doivent pas­ser à la ver­sion 6.1.6 ou 7.0.6 de leur sys­tème pour échap­per au risque de pi­ra­tage.

nGare au fi­shing

Quelques jours après l’an­nonce du risque de sé­cu­ri­té pe­sant sur les pro­duits Apple, un e- mail a été mas­si­ve­ment en­voyé, in­vi­tant à réa­li­ser une « mise à jour du compte » . Sin­geant par­fai­te­ment ou presque l’uni­vers de la marque à la pomme, le mes­sage est en fait frau­du­leux et ren­voie sur un site al­le­mand n’ayant au­cun lien avec le ser­vice client de l’en­tre­prise pour la­quelle il se fait pas­ser. Ce fi­shing n’a qu’un seul ob­jec­tif : vo­ler les iden­ti­fiants iTunes et les co­or­don­nées ban­caires qui y sont liées.

nPour­quoi pas un an­ti­vi­rus…

Si beau­coup de PC sont pro­té­gés par un logiciel an­ti­vi­rus, les smart­phones et ta­blettes en sont le plus souvent dé­pour­vus. Il existe pour­tant quelques so­lu­tions, gra­tuites ou payantes, qui per­mettent d’évi­ter la catastrophe. Par­mi elles, Loo­kout Mo­bile Se­cu­ri­ty ( gratuit sur www. loo­kout. com), qui pro­tège des pro­grammes mal­veillants et scanne les ap­pli­ca­tions nou­vel­le­ment ins­tal­lées pour dé­tec­ter les me­naces éven­tuelles, ou en­core Kas­pers­ky In­ter­net Se­cu­ri­ty, gratuit en ver­sion ba­sique ou 14,95 € par an pour une pro­tec­tion com­plète ana­ly­sant jus­qu’aux SMS ré­cep­tion­nés sur un mo­bile.

n… ou un Blackphone ?

Les plus pa­ra­noïaques re­mi­se­ront leur smart­phone ac­tuel pour le tro­quer contre un Blackphone. Pré­sen- té cette se­maine au Sa­lon mon­dial du mo­bile de Barcelone ( Espagne), l’en­gin an­ti- es­pion ga­ran­tit le cryp­tage de toute com­mu­ni­ca­tion éma­nant de l’ap­pa­reil. « Cha­cun d’entre nous ferme sa mai­son ou sa voi­ture à clé pour la pro­té­ger, il s’agit de faire exac­te­ment la même chose pour les don­nées pri­vées sur un smart­phone » , ex­plique Ro­dri­go Sil­va- Ra­mos, co­fon­da­teur du Blackphone, dis­po­nible en pré­vente à 500 € sur le site www. blackphone. ch pour une li­vrai­son en avril.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.