Les livres jeunesse, ve­dettes des bi­blio­thèques

Le Sa­lon du livre de Mon­treuil, plus grand ren­dez­vous dé­dié aux en­fants et ado­les­cents, dé­marre de­main. Les livres jeunesse sont aus­si les ve­dettes des bi­blio­thèques mu­ni­ci­pales.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - RE­NAUD BA­RO­NIAN

C’EST SIMPLE : ils écrasent tout. Les livres jeunesse, qui sont à l’hon­neur du 31e Sa­lon de Mon­treuil, qui s’ouvre de­main jus­qu’au lun­di 7 dé­cembre, sont les cham­pions toutes ca­té­go­ries des bi­blio­thèques. C’est ce que montre une étude ré­cente pu­bliée par la Ville de Pa­ris concer­nant 58 éta­blis­se­ments de prêts. Au cours des six pre­miers mois de l’an­née, 52 000 titres pour adultes ont été em­prun­tés, et 303 000 pour les en­fants, soit six fois plus ! Et, sur les 100 titres les plus em­prun­tés… 97 sont des ou­vrages jeunesse, dont deux sé­ries poids lourds « Max et Li­li » et « Tom Tom et Na­na ». Seuls trois au­teurs pour adulte fi­gurent dans ce top 100 : Pa­trick Mo­dia­no (« Pour que tu ne te perdes pas dans le quar­tier »), Mi­chel Houel­le­becq (« Sou­mis­sion ») et Hen­ning Mankell (« Une main en­com­brante »).

Pour­tant, les rayon­nages pro­po- sent da­van­tage de choix pour les « grands ». « En 2014, nous avons par exemple ache­té 137 000 titres adultes contre 72 000 titres en­fants, pré­cise Jean-Claude Utard, chef ad­joint au Bu­reau des bi­blio­thèques de Pa­ris. Mais les titres pour la jeunesse sont ache­tés et em­prun­tés à beau­coup plus d’exem­plaires. Lors­qu’une bi­blio­thèque fait l’ac­qui­si­tion d’un ou deux exem­plaires du Gon­court de l’an­née, elle achète cinq exem­plaires d’un Spi­rou. » Lo­gique : les en­fants lisent beau­coup plus vite leurs pe­tits livres, sou­vent bien plus courts.

+ 30 % en cinq ans

Et ils lisent même plus qu’avant ! « De 2009 à 2014, les prêts jeunesse ont aug­men­té de 30 %, quand les prêts adultes ne pro­gres­saient que de 11,5 %, sou­ligne le Bu­reau des bi­blio­thèques. Et de­puis l’an­née der­nière, les prêts adultes marquent le pas, tan­dis que les prêts jeunesse aug­mentent constam­ment. C’est un fait : la jeunesse booste nos bi­blio­thèques. »

La di­rec­trice du Sa­lon de Mon­treuil y voit la consé­quence de plu­sieurs phé­no­mènes. « Le tra­vail des bi­blio­thé­caires jeunesse y a beau­coup contri­bué ain­si que ce­lui des écoles », es­time Syl­vie Vas­sal­lo, qui sou­ligne la mul­ti­pli­ca­tion des ani­ma­tions des­ti­nées aux fa­milles dans les bi­blio­thèques, ce qui contri­bue à amor­cer très tôt le goût pour la lec­ture. « Ces éta­blis­se­ments dé­ve­loppent les dé­marches pour faire com­prendre aux plus jeunes que la lec­ture, c’est du plai­sir, que ce­la aide à gran­dir, à s’épa­nouir… » se fé­li­cite la grande prê­tresse du livre jeunesse. Un mes­sage qui fait mouche au­près des en­fants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.