L’homme qui a mis le feu au se­cret ban­caire

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - M.P. Pro­pos recueillis par MAT­THIEU PELLOLI

to­tal quelque 8,5 Mds€. Ch­ris­tian Eckert, alors rap­por­teur de la com­mis­sion des Fi­nances de l’As­sem­blée, avait d’ailleurs ren­du hom­mage à Fal­cia­ni dé­but 2013 dans son rap­port sur HSBC, en sou­li­gnant que les don­nées four­nies étaient ex­cep­tion­nelles, tant que de par leur vo­lume, in­éga­lé, que par leur fia­bi­li­té.

Sys­tème in­ter­na­tio­nal de fraude fis­cale

Deux ans plus tard, les don­nées Fal­cia­ni font à nou­veau par­ler d’elles : plu­sieurs mé­dias dans le monde dé­voilent un sys­tème in­ter­na­tio­nal de fraude fis­cale et de blan­chi­ment d’ar­gent. L’en­quête, bap­ti­sée SwissLeaks, se base sur des fi­chiers d’HSBC vo­lés par Fal­cia­ni. Mais qui est vrai­ment cet homme, cible de nom­breuses me­naces et long­temps pro­té­gé par la po­lice, dont la vie est de­ve­nue digne d’un roman d’es­pionnage ? Le cos­tume de che­va­lier blanc — que cer­tains lui contestent — est ce­lui qu’il re­ven­dique. Même si toutes les rai­sons qui l’ont pous­sé à dé­ro­ber des in­for­ma­tions ban­caires confi­den­tielles, à une échelle qua­si in­dus­trielle, ne sont pas clai­re­ment éta­blies… La banque HSBC, elle, a tou­jours sou­te­nu « qu’Her­vé Fal­cia­ni avait dé­ro­bé des in­for­ma­tions confi­den­tielles re­la­tives aux clients de la banque d’une ma­nière sys­té­ma­tique dans le seul but de les re­vendre pour son propre en­ri­chis­se­ment ». HSBC sait très bien ma­ni­pu­ler les ap­pa­rences mais, au­jourd’hui, il y a da­van­tage que les ap­pa­rences, il y a les faits. Si les té­moi­gnages avaient été aus­si ac­ca­blants, ma condam­na­tion au­rait été toute autre. Moi, je me de­mande plu­tôt pour­quoi HSBC a pré­fé­ré payer une lourde amende (38 M€) et conclure un ac­cord avec le mi­nis­tère pu­blic suisse en juin plu­tôt que de dé­mon­trer son in­no­cence au tri­bu­nal. J’ap­pré­cie­rais da­van­tage que HSBC use de son élo­quence pour évo­quer ce su­jet. L’éva­sion fis­cale est-elle tou­jours un pro­blème d’ac­tua­li­té ? Bien sûr, la cor­rup­tion conti­nue, la fi­nance opaque existe en­core. L’af­faire HSBC, je veux en faire un cas d’école pour l’édu­ca­tion du grand pu­blic. nLA MI­NISTRE DE LA SAN­TÉ, Ma­ri­sol Tou­raine, a an­non­cé hier le dé­blo­cage de 150 M€ de cré­dits en fa­veur des éta­blis­se­ments de san­té ayant res­pec­té l’Ob­jec­tif na­tio­nal des dé­penses de l’as­su­rance ma­la­die (On­dam). En 2014, le gou­ver­ne­ment avait éga­le­ment pro­cé­dé à un tel dé­gel, à hau­teur de 141 M€. nLA COM­PA­GNIE AÉ­RIENNE TRAN­SA­VIA, fi­liale low-cost du groupe Air France-KLM, ou­vri­ra fin mars à Mu­nich sa pre­mière base en Eu­rope, en de­hors d’Or­ly et d’Am­ster­dam-Schi­phol. Elle per­met­tra de des­ser­vir 18 des­ti­na­tions, avec quatre Boeing 737-800, en Bel­gique, Croa­tie, Da­ne­mark, Espagne, France, Ita­lie, Ma­roc, Pays-Bas et Por­tu­gal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.