… et lan­ce­ment de l’opé­ra­tion mer­chan­di­sing

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - CH.B.

UNE MISE en vente pro­gres­sive. Le ti­rage au sort de la phase fi­nale de l’Eu­ro n’au­ra lieu que le 12 dé­cembre mais le mer­chan­di­sing de l’épreuve a dé­jà com­men­cé. D’ici à la fi­nale du 10 juillet pro­chain, les or­ga­ni­sa­teurs es­pèrent vendre « des di­zaines de mil­lions de pièces » se­lon Mi­ckael An­dreo, le di­rec­teur des li­cences chez IMG, la so­cié­té char­gée de com­mer­cia­li­ser une grande par­tie des pro­duits es­tam­pillés Eu­ro 2016.

Trois mille ré­fé­rences à l’étude. Pour l’ins­tant, il n’est pos­sible d’ache­ter que quelques ob­jets (pe­luches en quatre tailles de 13 à 30 €, mug à 10 €, boîte de jeux à 30 €) sur le site Ama­zon et dans 35 ma­ga­sins In­ter­sport. Dès le ti­rage au sort ef­fec­tué, le dis­po­si­tif va mon­ter en puis­sance. 250 ma­ga­sins In­ter­sport ven­dront des pro­duits en fé­vrier. En juin, ils se­ront 800. Pa­ral­lè­le­ment, cer­tains gad­gets ou tee-shirts se­ront en vente dans des re­lais presse et dans des bou­tiques de sou­ve­nirs. Et, sur­tout, à par­tir du 12 dé­cembre, la vente en ligne se­ra pos­sible sur une page Web dé­diée, ac­ces­sible de­puis le site of­fi­ciel de l’UEFA. A terme, 3 000 ré­fé­rences se­ront pro­po­sées.

Pic de ventes en mai et juin. La gamme des pro­duits va len­te­ment s’élar­gir. Les vê­te­ments, les mugs ou les porte-clés vont in­ves­tir les rayons d’ici quelques mois. Au-de­là des points de vente dé­jà exis- tants, IMG va oeu­vrer afin d’ins­tal­ler des bou­tiques of­fi­cielles dans des lieux de grandes fré­quen­ta­tions comme les halls de gare et les aé­ro­ports des villes hôtes. « Le pic de consom­ma­tion doit être at­teint entre mai et juin 2016, ex­plique Mi­ckael An­dreo. Cer­tains pro­duits ne s’achè­te­ront que pen­dant la com­pé­ti­tion. Mais les tee-shirts, no­tam­ment, se portent sou­vent en amont du tour­noi. Ils se­ront dif­fé­rents se­lon les pays. Notre charte gra­phique per­met une in­ser­tion des cou­leurs de chaque pays sur le lo­go of­fi­ciel. »

Su­per Vic­tor très bien ac­cueilli. Le pe­tit superhéros, mas­cotte du tour­noi, se­ra évi­dem­ment la ve­dette des achats. 30 % des pro­duits mis en vente ar­bo­re­ront son ef­fi­gie. « L’ac­cueil a été très bon, lâche Mi­ckael An­dreo. Le cô­té pe­tit gar­çon plaît no­tam­ment aux en­fants. » Su­per Vic­tor se veut loin du coq Foo­tix, mas­cotte du Mon­dial 98, ra­pi­de­ment mo­quée et re­je­tée par le grand pu­blic. La rup­ture par rap­port aux ha­bi­tuelles mascottes ani­ma­lières est vo­lon­taire. Sur les trois pro­po­si­tions re­te­nues par l’UEFA, IMG a fait sa­voir sa pré­fé­rence pour ce pe­tit superhéros. Et ce der­nier l’a em­por­té lar­ge­ment. Il a en­suite re­çu son nom de bap­tême grâce à un vote sur le site of­fi­ciel de l’Eu­ro. Le pa­tro­nyme de Su­per Vic­tor dé­pas­sant les deux autres pro­po­si­tions, Goa­lix et Dri­blou.

) R. D (

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.