Le grand gas­pillage

Di­manche, on vote pour les 13 nou­velles en­ti­tés, mais cette re­fonte laisse per­plexe. D’au­tant que les éco­no­mies ne sont pas au ren­dez-vous.

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - SÉ­VE­RINE CAZES

C’EST UN AR­GU­MENT qui n’au­ra guère été uti­li­sé au cours de la cam­pagne des ré­gio­nales dont le 1er tour se dé­roule di­manche. Le pas­sage de 22 à 13 ré­gions (ef­fec­tif le 1er jan­vier 2016) avait pour­tant un double ob­jec­tif : al­lé­ger l’in­di­geste mil­le­feuille ter­ri­to­rial fran­çais et réa­li­ser de sub­stan­tielles éco­no­mies. Ce big bang ré­gio­nal se vou­lait l’un des vo­lets les plus em­blé­ma­tiques de la ré­forme ter­ri­to­riale, lan­cée tam­bour bat­tant par Fran­çois Hol­lande avant l’été 2014 et cen­sée ap­por­ter un se­cond souffle à son quin­quen­nat.

La fu­sion va d’abord... coû­ter de l’ar­gent

A quelques jours d’un vote qui dé­ci­de­ra, le 13 dé­cembre, au soir du se­cond tour, de la cou­leur po­li­tique de ces « su­per­ré­gions », cette re­fonte — avec ses airs d’usine à gaz — sus­cite in­dif­fé­rence et per­plexi­té. Mais aus­si de l’hos­ti­li­té, no­tam­ment dans les col­lec­ti­vi­tés qui ont été ava­lées par des voi­sines plus im­po­santes. Cam­pagne oblige, la sur­en­chère de cer­tains can­di­dats qui pro­mettent par exemple de ne pas dé­mé­na­ger tel ou tel ser­vice n’ar­range rien à l’af­faire. D’où la confu­sion, voire la grande pa­gaille, qui en­toure cette ré­forme qui se vou­lait am­bi­tieuse. Ain­si, dans cer­taines grandes villes, on ne sait tou­jours pas ce qui ad­vien­dra des hô­tels de ré­gion, ces bâ­ti­ments, sou­vent clin­quants et oné­reux, sor­tis de terre dans les an­nées 1980, à la suite des lois de dé­cen­tra­li­sa­tion de Gas- ton Def­ferre. Cer­tains sont en­core plus ré­cents : à Cler­mont-Fer­rand, un nou­vel hô­tel de ré­gion a été inau­gu­ré l’an der­nier… mais c’est bien­tôt à Lyon que les nou­veaux élus sié­ge­ront (lire page 3) !

Quant à la bouf­fée d’oxy­gène que ce vaste chan­tier doit ap­por­ter aux caisses pu­bliques — « à terme, 10 Mds€ d’éco­no­mies », se­lon le gou­ver­ne­ment —, cet ob­jec­tif en laisse plus d’un scep­tique… Comme dans toutes les fu­sions, la ré­forme ter­ri­to­riale va d’abord… coû­ter de l’ar­gent. Se­lon une ré­cente en­quête du « Pa­ri­sien Ma­ga­zine », ce coût lié aux dé­mé­na­ge­ments (mi­ni­mum 25,5 M€), à l’har­mo­ni­sa­tion des primes des fonc­tion­naires (40 M€) ou en­core aux dé­penses de com­mu­ni­ca­tion (72,8 M€) pour­rait au to­tal, se­lon une hy­po­thèse basse, avoi­si­ner les 315 M€.

Oui, il y au­ra des « coûts de fu­sion » qui sont in­évi­tables et ponc­tuels, ré­pond-on en sub­stance au gou­ver­ne­ment, qui ne confirme pas ce chiffre. Mais ceux-ci sont « ex­trê­me­ment faibles si on com­pare avec les éco­no­mies que ce­la va pro­duire. Pas du jour au len­de­main, mais sur une di­zaine d’an­nées ». « A cet ho­ri­zon, les dé­penses des col­lec­ti­vi­tés vont bais­ser de 5 %, dé­taille-t-on dans l’en­tou­rage du se­cré­taire d’Etat à la Ré­forme ter­ri­to­riale, An­dré Val­li­ni. Sur en­vi­ron 230 Mds€ de dé­penses, il y au­ra bien 10 Mds€ d’éco­no­mies réa­li­sées. » La Cour des comptes sau­ra cer­tai­ne­ment s’en sou­ve­nir…

Châ­lons-en-Cham­pagne. Le bu­reau du pré­sident, ta­pis­sé de lam­bris en sy­co­more, res­te­ra vide après le 13 dé­cembre.

Châ­lons-en-Cham­pagne (Marne). Le siège du con­seil ré­gio­nal de Cham­pagne-Ar­denne

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.