A Châ­lons, le gâ­chis d’une res­tau­ra­tion oné­reuse

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - Châ­lons-en-Cham­pagne (Marne) De nos en­voyés spé­ciaux Gé­rard Co­lin, di­rec­teur gé­né­ral des ser­vices du con­seil ré­gio­nal de Cham­pagne-Ar­denne PAU­LINE THÉVENIAUD

EN MARGE DU PÂLE centre-ville de Châ­lons-en-Cham­pagne, le siège du con­seil ré­gio­nal de Cham­pa­gneAr­denne, pe­tit bi­jou XIXe, dé­tonne. Il y a trente ans, la ré­gion a pris ses quar­tiers dans l’an­cien sé­mi­naire, à la gloire de l’évêque Mi­chel-An­dré Lat­ty. L’homme avait vu grand et beau. La Ré­pu­blique a su faire per­du­rer son oeuvre. La salle à man­ger des élus, amé­na­gée dans l’an­cienne bi­blio­thèque, fleure bon la cire. Les me­nui­se­ries ont été res­tau­rées — comme tout ici — par les Com­pa­gnons du de­voir. Sous le plan­cher cen­te­naire se trouve l’an­cienne cha­pelle (dé­sa­cra­li­sée), ses fresques et son orgue Ca­vaillé-Coll. « On a de la chance de tra­vailler ici », sou­pire une his­to­rique de la mai­son.

Dans l’hé­mi­cycle ré­gio­nal, creu­sé dans l’an­cienne cave, les écrans de vi­sio­con­fé­rence rap­pellent qu’un siècle a pas­sé. « Ça vient juste d’être ins­tal­lé », se fé­li­cite-t-on. En marbre et boi­se­rie, toile du peintre Oli­vier De­bré au mur, l’as­sem­blée ré­gio­nale s’étend jus­qu’aux co­lonnes du cloî- tre. Im­pos­sible d’en aug­men­ter la ca­pa­ci­té d’ac­cueil (49 élus). Châ­lons-en-Cham­pagne n’est de toute fa­çon pas dans la course pour ac­cueillir le siège de la nou­velle grande ré­gion Al­sace - Lor­raine - Cham­pagne-Ar­denne. La pe­tite ci­té « en qua­si-mo­no-in­dus­trie fonc­tion pu­blique », dixit son maire LR Be­noist Ap­pa­ru, ne fait pas le poids face à Stras­bourg (Bas-Rhin) et Metz (Mo­selle), ses puis­santes ri­vales.

« Que vont de­ve­nir les agents ? » s’in­ter­roge une fonc­tion­naire. « Com­ment, de­main, trois en­ti­tés qui rem­plissent les mêmes fonc­tions vont fu­sion­ner pour ne faire qu’une ? Il va fal­loir in­ven­ter une nou­velle or­ga­ni­sa­tion. Ce­la va prendre des mois, voire des an­nées », ex­plique le di­rec­teur gé­né­ral des ser­vices du con­seil ré­gio­nal de Cham­pagne-Ar­denne, Gé­rard Co­lin.

Ici, on vient juste de ter­mi­ner des tra­vaux… d’agran­dis­se­ment. Coût : 9,3 M€. L’amé­na­ge­ment de l’an­cien pe­tit sé­mi­naire, ra­che­té par la ré­gion en 2009, avait été lan­cé mi-2013. La ré­forme n’était pas en­core lan­cée et une par­tie du per­son­nel tra­vaillait dans des construc­tions mo­du­laires pro­vi­soires. Plu­sieurs ser­vices se sont ins­tal­lés dans ces lo­caux flam­bant neufs en avril. « Au­jourd’hui, on ne sait pas s’ils vont res­ter là », re­con­naît une fonc­tion­naire. « Il n’y a pas de plan consis­tant à ré­duire la voi­lure », ras­sure Gé­rard Co­lin. Tra­duc­tion d’une fonc­tion­naire de Stras­bourg, sous cou­vert d’ano­ny­mat : « On ne va pas li­bé­rer de biens im­mo­bi­liers, ni li­cen­cier. Le nombre d’élus et de fonc­tion­naires res­te­ra le même. A court terme, il n’y au­ra pas d’éco­no­mies. »

Une cer­ti­tude dans ce grand flou : après le 13 dé­cembre, le bu­reau du pré­sident, en­tiè­re­ment ta­pis­sé de lam­bris en sy­co­more, res­te­ra vide. Plus per­sonne n’em­prun­te­ra le pe­tit tra­cé des­si­né sur la mo­quette et condui­sant à la table de tra­vail si­gnée Phi­lippe Starck.

« Il n’y a pas de plan consis­tant à ré­duire la voi­lure »

@Pau­li­ne_Th

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.