La gauche pour­rait gar­der sa Nor­man­die

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE - HEN­RI VER­NET

GROSSE SUR­PRISE en vue di­manche en Nor­man­die, à croire notre son­dage ex­clu­sif Odoxa pour BFMTV et « le Pa­ri­sien » - « Au­jourd’hui en France ». Alors que la droite ta­blait sur une conquête ai­sée de cette nou­velle ré­gion (is­sue du re­grou­pe­ment de la Basse et de la Haute-Nor­man­die), le FN vient trou­bler le jeu. Avec une — lé­gère — avance de deux points dans notre son­dage (à 30 %), son chef de file Ni­co­las Bay, par ailleurs se­cré­taire gé­né­ral du par­ti, sor­ti­rait vain­queur du 1er tour, de­vant le fa­vo­ri Her­vé Mo­rin (28 %), an­cien mi­nistre de Ni­co­las Sar­ko­zy, cham­pion du par­ti les Ré­pu­bli­cains et des cen­tristes de l’UDI. Là en­core, le par­ti d’ex­trême droite bé­né­fi­cie, comme presque par­tout dans le pays, d’une vé­ri­table dy­na­mique après les at­ten­tats du 13 no­vembre, bat­tant ses re­cords dans cette ré­gion où il avait dé­jà réa­li­sé 26 % aux dé­par­te­men­tales de 2014. Tan­dis que le PS, sor­tant dans les deux ex-ré­gions fu­sion­nées, se­rait net­te­ment dé­cro­ché, troi­sième avec 23 % pour la liste conduite par le dis­cret Ni­co­las Mayer-Ros­si­gnol.

Un ordre d’ar­ri­vée in­cer­tain

Mais voi­là, mal­gré ce re­vers an­non­cé au 1er tour, le cham­pion de la gauche pa­raît le mieux pla­cé pour l’em­por­ter au 2d tour le 13 dé­cembre. « Car la pous­sée du FN, qui per­met­trait à Ni­co­las Bay de dé­pas­ser la barre sym­bo­lique des 30 %, pé­na­lise di­rec­te­ment Her­vé Mo­rin », ex­plique Gaël Sli­man, di­rec­teur de l’ins­ti­tut Odoxa. De fait, dans notre son­dage, le so­cia­liste et le cen­triste se re­trouvent au coude-à-coude — 35 % contre 34 % —, avec bal­lot­tage fa­vo­rable pour Mayer-Ros­si­gnol. Mais il faut te­nir compte des marges d’er­reur in­hé­rentes à tout son­dage, qui re­pré­sentent 3 points en plus ou en moins du ré­sul­tat af­fi­ché. Concrè­te­ment, ce­la si­gni­fie que l’ordre d’ar­ri­vée pour­rait être in­ver­sé. Il faut aus­si rap­pe­ler que la cam­pagne n’est pas ter­mi­née, que le so­cia­liste peut es­pé­rer ga­gner en no­to­rié­té d’une part (64 % des élec­teurs nor­mands ne le connaissent pas), amé­lio­rer le re­port des voix de gauche en sa fa­veur d’autre part. Her­vé Mo­rin, lui, de­vra mi­ser sur un es­souf­fle­ment du FN au se­cond tour.

@Hen­riVERNET

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.