Mais grâce à qui ?

La mi­nistre a pré­sen­té hier des chiffres en­cou­ra­geants. Le ré­sul­tat de po­li­tiques me­nées avant son plan, mis en oeuvre de­puis tout juste un an.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - CH­RIS­TEL BRIGAUDEAU

VOI­LÀ QUELQUES JOURS qu’on lais­sait fil­trer, Rue de Gre­nelle, la « bonne nou­velle » : le nombre de dé­cro­cheurs, ces jeunes qui quittent chaque an­née le sys­tème sco­laire sans di­plôme ni qua­li­fi­ca­tion, a bais­sé de 136000 à 110 000 entre 2010 et dé­cembre 2014, d’après un bi­lan pré­sen­té hier par la mi­nistre de l’Edu­ca­tion na­tio­nale. La part des 18-24 ans non di­plô­més, qui ne pos­sèdent ni le bac ni un CAP ou un BEP, a aus­si chu­té de 20 % en cinq ans.

« Nous avons réus­si à im­pul­ser une dy­na­mique », se ré­jouis­sait hier Na­jat Val­laud-Bel­ka­cem, sou­li­gnant que l’ob­jec­tif de Fran­çois Hol­lande de di­vi­ser par deux le nombre de dé­cro­cheurs d’ici à la fin du quin­quen­nat est « à por­tée de main ». Elle peut en re­mer­cier ses pré­dé­ces­seurs, de droite comme de gauche : les chiffres an­non­cés hier datent de dé­cembre 2014 et dépeignent une réa­li­té an­té­rieure au grand plan de lutte contre le dé­cro­chage qu’elle pi­lote de­puis un an.

Près de 500000 jeunes sans au­cun di­plôme

Une note du dé­par­te­ment sta­tis­tique du mi­nis­tère, la Depp, es­quis­sait d’ailleurs dès le mois de mars cette ten­dance à la baisse avec des don­nées da­tant de… 2013. En fait, voi­là une di­zaine d’an­nées que l’ac­tion pu­blique se penche sur le sort de ces ados qui font le mur un peu, beau­coup, jus­qu’à ces­ser pour de bon, un jour, d’al­ler en cours. « Les pre­mières men­tions du dé­cro­chage sco­laire en France datent de 1999, et la prise de conscience sur le su­jet a vrai­ment com­men­cé en 2005, quand les pays de l’Union eu­ro­péenne se sont fixé pour ob­jec­tif d’ame­ner 80 % d’une classe d’âge au bac­ca­lau­réat », re­late Mu­riel Ep­stein, en­sei­gnante-cher­cheuse à l’uni­ver­si­té de Pa­ris-Nan- terre. A cette époque ouvrent les mi­cro­ly­cées et d’autres struc­tures qui dé­ve­loppent des pé­da­go­gies in­no­vantes. Il en existe dé­sor­mais au moins un par aca­dé­mie. En 2009, Mar­tin Hirsch, alors haut-com­mis­saire à la jeunesse, com­mande une sé­rie d’ex­pé­ri­men­ta­tions sur le su­jet. En 2011, Luc Cha­tel (UMP) ins­taure une mis­sion de lutte contre le dé­cro­chage, puis en 2013, Vincent Peillon (PS) inau­gure les ré­seaux Fo­quale, un maillage de pro­fes­sion­nels de l’Edu­ca­tion na­tio­nale, d’as­so­cia­tions et de col­lec­ti­vi­tés lo­cales, qui tra­vaillent pour rat­tra­per par la manche les jeunes ten­tés par l’école buis­son­nière. Le plan de lutte de Na­jat Val­laudBel­ka­cem creuse le même sillon. Sa prin­ci­pale nou­veau­té ? La créa­tion d’un « droit au re­tour en for­ma­tion » pour tous les dé­cro­cheurs. De­puis un an, 10 000 jeunes ont ap­pe­lé le nu­mé­ro vert unique (lire en­ca­dré), et ont pu dis­cu­ter avec un spé­cia­liste. « Le nou­veau plan a don­né une im- pul­sion sup­plé­men­taire, abonde Gé­rard Bou­des­seul, uni­ver­si­taire du Centre d’études et de re­cherche sur les qua­li­fi­ca­tions (Cé­req). Mais plus les choses avancent… plus il de­vient dif­fi­cile de ra­me­ner à l’école les dé­cro­cheurs. Ceux qui res­tent en­core sur le bord de la route sont en très grande dif­fi­cul­té, no­tam­ment so­ciale. » Au­jourd’hui, 494 000 jeunes entre 18 et 25 ans ne pos­sèdent au­cun di­plôme, soit 9 % d’une gé­né­ra­tion.

le ca­len­drier Pi­rel­li, lan­cé en 1964, a rem­pla­cé les poi­trines dé­nu­dées par des cli­chés en noir et blanc d’An­nie Lei­bo­vitz mon­trant des femmes — pour la plu­part ha­billées — in­car­nant la­réus­site. La fin d’un sexisme dont se fé­li­ci­tait hier la presse an­glaise. Le ca­len­drier a « tro­qué le sexe pour la pro­fon­deur » a ain­si com­men­té le « Dai­ly Te­le­graph ». La grande pho­to­graphe amé­ri­caine a fait le choix d’im­mor­ta­li­ser 12 femmes, sym­boles de « réus­site » comme la chan­teuse et veuve de John Len­non, Yo­ko Ono, 82 ans, ou Pat­ti Smith (notre pho­to), ne fai­sant po­ser qu’une seule man­ne­quin pro­fes­sion­nelle, Na­ta­lia Vo­dia­no­va, qui ap­pa­raît dra­pée dans un man­teau de soie noire, un en­fant dans les bras. Seules la joueuse de ten­nis amé­ri­caine Se­re­na Williams et la co­mé­dienne amé­ri­caine Amy Schu­mer ap­pa­raissent sim­ple­ment vê­tues d’une cu­lotte, dis­si­mu­lant leur poitrine.

(LP/Flo­rence Hu­bin.)

Des dis­po­si­tifs in­no­vants se mul­ti­plient de­puis plu­sieurs an­nées pour ten­ter d’en­di­guer le phé­no­mène du dé­cro­chage sco­laire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.