Un proche du logeur d’Abaaoud in­ter­pel­lé

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS - I.G.

HIER MA­TIN, dans les Hauts-de­Seine, un proche de Ja­wad Ben­daoud — l’homme qui a four­ni le lo­ge­ment de Saint-De­nis (Seine-Saint-De­nis) à deux des au­teurs des at­ten­tats de Pa­ris, dont Ab­del­ha­mid Abaaoud — a été ar­rê­té et pla­cé en garde à vue. Comme l’a ré­vé­lé i>té­lé, cet homme de 25 ans, Mo­ha­med S., est soup­çon­né d’avoir été un in­ter­mé­diaire entre la cou­sine d’Ab­del­ha­mid Abaaoud, qui lui cher­chait un abri de re­pli, et Ja­wad Ben­daoud, pré­sen­té comme un mar­chand de som­meil de SaintDe­nis. Sa garde à vue peut main­te­nant du­rer quatre jours.

Les en­quê­teurs cherchent à re­cons­ti­tuer l’exact par­cours d’Abaaoud et ce­lui de son com­plice (deux des ter­ro­ristes soup­çon­nés d’avoir for­mé le com­man­do des ter­rasses) du soir des at­ten­tats — le 13 no­vembre — au ma­tin de l’as­saut du mer­cre­di 18 no­vembre à Saint-De­nis où ils ont trou­vé la mort.

Ja­wad Ben­daoud a été pla­cé en dé­ten­tion pro­vi­soire le 24 no­vembre, après sa mise en exa­men, no­tam­ment pour as­so­cia­tion de mal­fai­teurs cri­mi­nelle en re­la­tion avec une en­tre­prise ter­ro­riste, dé­ten­tion en bande or­ga­ni­sée d’ex­plo­sifs et d’armes en re­la­tion avec une en­tre­prise ter­ro­riste.

Il est pour l’ins­tant le seul à avoir été mis en exa­men dans l’in­for­ma­tion ju­di­ciaire ou­verte à Pa­ris sur les at­ten­tats du 13 no­vembre, les plus meur­triers qu’ait connus la France (130 morts, plus de 350 bles­sés). Six autres ont été in­cul­pés en Bel­gique.

Ben­daoud a « lui-même […] ac­cueilli les ter­ro­ristes le 17 no­vembre vers 22 h 45 », dans un lo­ge­ment de Saint-De­nis qui ne lui ap­par­te­nait pas, contre ré­mu­né­ra­tion, avait sou­li­gné le pro­cu­reur de Pa­ris, Fran­çois Mo­lins, dans une confé­rence de presse. Se­lon le ma­gis­trat, il « ne pou­vait dou­ter […] qu’il pre­nait part en connais­sance de cause à une or­ga­ni­sa­tion ter­ro­riste ».

Autre élé­ment ac­ca­blant, Ja­wad Ben­daoud ap­pa­raît « en lien avant et après les at­ten­tats avec une ligne té­lé­pho­nique belge, elle-même en contact avec une ligne uti­li­sée par les ter­ro­ristes ».

Par ailleurs, les en­quê­teurs sont tou­jours à la pour­suite des deux fu­gi­tifs les plus re­cher­chés d’Eu­rope, Sa­lah Ab­des­lam et Mo­ha­med Abri­ni. Ils conti­nuent aus­si leurs in­ves­ti­ga­tions pour iden­ti­fier quatre des huit ka­mi­kazes : un des trois du Ba­ta­clan, deux du Stade de France et ce­lui, soup­çon­né d’avoir fait par­tie du com­man­do des ter­rasses, qui s’est fait ex­plo­ser le 18 no­vembre dans l’ap­par­te­ment de Saint-De­nis

(

Ja­wad Ben­daoud avait loué l’ap­par­te­ment à deux des au­teurs des at­ten­tats de Pa­ris. Hier, l’homme qui au­rait ser­vi d’in­ter­mé­diaire a été ar­rê­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.