Avec Vas­seur, le PFC se ras­sure

Ligue 2.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS ILE-DE-FRANCE - LAURENT PRUNETA

AU COUP DE SIF­FLET FI­NAL, Jean-Luc Vas­seur ap­plau­dit pen­dant plu­sieurs se­condes. Pour sa pre­mière sur le banc, le nou­vel en­trai­neur pa­ri­sien nom­mé di­manche soir en rem­pla­ce­ment de De­nis Re­naud se contente de ce point (0-0) pour son re­tour à Du­vau­chelle où il a pas­sé trois sai­sons (2011-2014).

C'est tout sou­rire qu'il s'est pré­sen­té en confé­rence de presse. « Je dois par­ler de Cré­teil ou du Pa­ris FC, plai­sante-t-il d’abord. Mais bon, je crois que mon vi­sage montre bien que je suis content... »

Entre les deux pires équipes de la pé­riode — trois points sur 21 pour Cré­teil (19e équipe à do­mi­cile) et deux sur 21 pour le PFC (19e équipe à l'ex­té­rieur) —, ce der­by a été loin d'at­teindre les som­mets. Mais après quatre dé­faites de suite et sept buts en­cais­sés en trois jours à Bourg-Pé­ron­nas (4-1) puis face à Di­jon (0-3), le PFC a au moins stop­pé l'hé­mor­ra­gie.

Le mer­ca­to s'an­nonce très ac­tif

« On m'a sou­vent re­pro­ché de prendre trop de buts, ça n'a pas été le cas ce soir (NDLR : hier soir), sou­rit en­core Vas­seur. On est en re­cons­truc­tion et com­men­cer par un 0-0, c'est bien. Le plus im­por­tant était dé­jà de cas­ser la spi­rale né­ga­tive. Je suis fier des joueurs qui ont sû se sor­tir les tripes. A dé­faut d'être tou­jours juste tech­ni­que­ment, on s'est mon­tré vaillants. Je n'ai eu que 24 heures pour pré­pa­rer ce match, c'est court. » L'ex-coach de Cré­teil et Reims qui a mul­ti­plié les poi­gnées de main et les bises pour son re­tour à Du­vau­chelle, va avoir be­soin de plu­sieurs se­maines pour im­po­ser sa patte. Le mer­ca­to s'an­nonce éga­le­ment très ac­tif dans les deux sens. Mais il a dé­jà ras­su­ré une équipe en per­di­tion ces der­nières se­maines.

Sa seule in­no­va­tion par rap­port à son pré­de­ces­seur a été d'as­so­cier Grange à Ech-Cher­gui au mi­lieu (2e fois cette sai­son après PFC - Nan­cy 1-1, le 28 sep­tembre). Ech-Cher­gui (3e ti­tu­la­ri­sa­tion) a ap­por­té sa touche tech­nique et a été à l'ori­gine de la plu­part des mou­ve­ments of­fen­sifs pa­ri­siens. « Je n'avais pas joué de­puis long­temps, à la fin j'avais des crampes mais pour un re­tour, c'est pas mal », consi­dère l'ex-mi­lieu of­fen­sif de Lu­ze­nac. En fai­sant en­trer en jeu le jeune mi­lieu Gbes­si (20 ans), en­core ama­teur, Vas­seur a éga­le­ment vou­lu lan­cer un signe fort à son groupe en mon­trant que toutes les cartes étaient re­dis­tri­buées. « Quand un nou­veau coach ar­rive, c'est nor­mal que cha­cun veuille mon­trer da­van­tage de dé­ter­mi­na­tion, sou­ligne le mi­lieu Ro­main Grange. Il avait beau­coup in­sis­té sur des no­tions comme l'es­prit d'équipe et la so­li­da­ri­té. Il a vou­lu gar­der la même dé­fense pour qu’on se ras­sure. La prin­ci­pale sa­tis­fac­tion est de ne pas avoir en­cais­sé de but. On s'est aus­si pro­cu­ré plus d'oc­ca­sions que d'ha­bi­tude. Après, tout ne peut être ré­glé en un match mais il y a du mieux. » Le che­min s'an­nonce néan­moins en­core long pour sor­tir de la zone rouge.

Lens - Nîmes................................ 1-0 Spec­ta­teurs : 2 136. Ar­bitre : M. Le­texier. Aver­tis­se­ments. Cré­teil : Ma­hon de Mo­na­ghan (62e) ; Pa­ris FC : Keï­ta (62e), Ech-Cher­gui (64e). Cré­teil-Lu­si­ta­nos : Ker­bo­riou - Esor (Be­na­ni­ba, 72e), Hé­relle, Diédhiou, Ilun­ga (cap.) - La­fon - Ma­hon de Mo­na­ghan, Dias (Le­sage, 79e), Mol­let, Mon­ta­roup - An­driat­si­ma. En­tr. : Fro­ger. Pa­ris FC : Thé­baux - Can­ti­ni, Jean Tah­rat, Ly­bo­hy (cap.), Keï­ta - Trao­ré, Ca (Gbes­si, 79e) - Ba­ham­bou­la, Ech-Cher­gui (Pel­le­nard, 85e), Grange - So­crier (Fau­vergue, 62e). En­tr. : Vas­seur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.