C’est pour qui le des­sert ?

La fi­nale du « Meilleur Pâ­tis­sier » a lieu ce soir. Quatre can­di­dats res­tent en lice et ont cha­cun leur chance de l’em­por­ter. Mer­cotte, qui les juge chaque se­maine, nous confie leurs atouts et leurs dé­fauts.

Le Parisien (Paris) - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - HÉ­LÈNE BRY

« À VOS MARQUES, prêts, pâ­tis­sez ! » lance chaque se­maine aux can­di­dats Faus­tine Bol­laert, l’ani­ma­trice du « Meilleur Pâ­tis­sier ». Ce soir, ils sont tous ar­chi­prêts pour cui­si­ner, les quatre fi­na­listes qui s’af­frontent à 20 h 55 sur M 6 à coups de fouet, de poche à douilles ou d’éta­mine. Que le meilleur gagne, donc, entre Ca­ro­line, Carl, Cy­ril et Anis­sa ! Ils de­vront ré­in­ven­ter le cé­lèbre saint-ho­no­ré, avant de confec­tion­ner un gâ­teau sué­dois, le prin­sess­tar­ta. Puis, pour l’épreuve créative, le dé­fi se­ra de réa­li­ser en quatre heures un gla­cé de Noël, sous l’oeil ex­pert de la star de la pâ­tis­se­rie, Phi­lippe Con­ti­ci­ni. Nous avons de­man­dé à la blo­gueuse cu­li­naire Mer­cotte, qui juge les can­di­dats chaque se­maine avec son ca­ma­rade Cy­ril Li­gnac, de nous dé­tailler les points forts et points faibles des quatre as des gâ­teaux dont l’un au­ra l’hon­neur de voir ses meilleures re­cettes pu­bliées. le avec ses sa­vou­reux gâ­teaux, pour le plus grand plai­sir de se col­lègues. Il aime aus­si, à la mai­son, se sur­pas­ser avec de fa­bu­leux des­serts, afin d’im­pres­sion­ner ses deux en­fants. Ses points faibles : « Les épreuves re­po­sant sur l’in­ven­ti­vi­té, l’im­pro­vi­sa­tion, ce n’est pas son point fort », ana­lyse Mer­cotte. Ses points forts : « C’est de loin le can­di­dat le plus im­pres­sion­nant tech­ni­que­ment. Son gâ­teau arc-en­ciel m’avait bluf­fée. Et il a une vo­lon­té de fer. »

Ca­ro­line, la Ch’ti ta­touée Anis­sa, la dy­na­mique

La va­leur n’at­tend pas le nombre des an­nées. Et la ben­ja­mine du concours en­tend bien le prou­ver. Vive et pleine de peps, cette Nî­moise inonde son blog de ses re­cettes. La marque de fa­brique de la jeune femme : des gâ­teaux élé­gants et fé­mi­nins ! Ses points faibles : « Au dé­but du concours, je n’au­rais pas pa­rié un ko­peck sur elle, car elle a com­men­cé la pâ­tis­se­rie il y a moins d’un an et n’a pas une grande tech­nique », re­marque Mer­cotte. Ses points forts : Mais la ju­rée a chan­gé d’avis au fil du concours. « Elle est vrai­ment à l’écoute de nos re­marques, veut ap­prendre, pro­gres­ser, et faire de la pâ­tis­se­rie son mé­tier. Elle a dé­jà trou­vé un maître d’ap­pren­tis­sage… C’est une fille dis­crète, at­ta­chante, avec une vo­lon­té de fer. Et elle avait bluf­fé tout le monde en réa­li­sant une pâte à chou à l’em­porte-pièce. »

(M 6/Lou Bre­ton.)

Ca­ro­line, Carl, Cy­ril et Anis­sa viennent tous d’ho­ri­zons dif­fé­rents mais convoitent tous le titre de « Meilleur Pâ­tis­sier ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.