Coup de frein pour Pa­ris

Les sur­pre­nants An­ge­vins ont te­nu en échec les Pa­ri­siens qui res­taient sur neuf vic­toires en cham­pion­nat. Le lea­deur n’a pas mar­qué pour la pre­mière fois cette sai­son.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - An­gers (Maine-et-Loire) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux Laurent Blanc, en­traî­neur pa­ri­sien FRÉ­DÉ­RIC GOUAILLARD

En ob­te­nant le match nul (0-0), les An­ge­vins ont mis un terme à la sé­rie de neuf vic­toires du PSG en Ligue 1. Les Pa­ri­siens res­tent néan­moins confor­ta­ble­ment ins­tal­lés en tête du cham­pion­nat.

STÉ­PHANE MOU­LIN est un en­traî­neur qui ne fa­ci­lite pas la vie de ses ho­mo­logues, mais il mâche le tra­vail des jour­na­listes. Quand il évoque le ré­sul­tat nul (0-0) de son équipe face au PSG, le tech­ni­cien d’An­gers em­braye d’em­blée sur la fin de sé­rie(s) qui vient de frap­per Pa­ris. « Là, nous avons mis fin à 9 vic­toires consé­cu­tives de Pa­ris en Ligue 1 et, de­puis le mois de mars, cette équipe n’avait pas ter­mi­né un match sans mar­quer un but. Donc, rien que ça, ce­la suf­fit à notre bon­heur. »

Et à ce­lui de tout un pu­blic qui a fê­té hier la per­for­mance de son équipe avec force vi­vats. Il fal­lait voir ces An­ge­vins pa­ra­der face à leurs sup­por­teurs, comme s’ils ve­naient de rem­por­ter la Coupe de France, pour me­su­rer la por­tée de cet ex­ploit. C’est le pa­ra­doxe, et les consé­quences de l’em­prise qu’exerce Pa­ris sur cette Ligue 1. Au­jourd’hui, le moindre nul face au club de la ca­pi­tale est sa­lué par ses ad­ver­saires comme un suc­cès.

Alors, bien sûr, Da­vid Luiz peut pes­ter contre An­gers « qui n’a fait que dé­fendre » et Laurent Blanc avan­cer que cette tac­tique avec deux lignes de quatre joueurs n’est pas « sa tasse de thé ». Mais Pa­ris doit faire plus que ses deux po- teaux de la pre­mière pé­riode et mieux que la bouillie de football in­car­née par Lu­cas, pour ne ci­ter que lui.

In­ter­ro­gé sur la pres­ta­tion de son at­ta­quant bré­si­lien, le coach pa­ri­sien ne s’est d’ailleurs pas pri­vé de ré­pondre in­di­rec­te­ment à ce­lui qui, il y a quelques jours, avouait son spleen de ne pas jouer da­van­tage. « Tous les joueurs veulent jouer, a ba­lan­cé sè­che­ment Blanc. Mais, quand tu es sur le ter­rain, il faut être bon. En plus, Lu­cas a joué beau­coup de matchs comme ti­tu­laire (NDLR : 14 matchs dont 12 ti­tu­la­ri­sa­tions en L 1). On conti­nue­ra à l’ai­der mais il faut re­gar­der la réa­li­té en face. » Fer­mez le ban.

Il se­rait in­juste de ré­su­mer cet ac­croc pa­ri­sien à la triste pres­ta­tion de l’an­cien de São Pau­lo. Mais celle-ci sou­ligne avec force les li­mites en­core vi­vaces de cette for­ma­tion qui veut se his­ser dans le der­nier car­ré de la Ligue des cham­pions. En ré­dui­sant les es­paces au coeur du jeu et en li­mi­tant l’in­fluence de Thia­go Mot­ta, An­gers a réus­si à faire ce que d’autres équipes eu­ro­péennes — avec d’autres moyens of­fen­sifs — au­ront tout loi­sir de ré­édi­ter.

Il existe certes des cir­cons­tances at­té­nuantes. Le PSG évo­luait hier sans Ver­rat­ti tou­jours bles­sé et Ibra­hi­mo­vic pré­ser­vé, et ces ab­sences ont cer­tai­ne­ment pe­sé de tout leur poids. On peut aus­si avan­cer, comme l’a fait Serge Au­rier, qu’il y a un an, à Guingamp no­tam­ment (0-1), le club de la ca­pi­tale au­rait cer­tai­ne­ment per­du ce match. Mais voi­là, au­jourd’hui à Pa­ris, un nul du PSG est re­gar­dé par le prisme de la dé­faite. Laurent Blanc a beau s’en plaindre, c’est la réa­li­té.

« Quand tu es sur le ter­rain, il faut être bon »

n Blaise Ma­tui­di, rem­pla­cé par Eze­quiel La­vez­zi à la pause, souffre d’une « grosse bé­quille » à la cuisse gauche. « Il a vou­lu re­prendre la deuxième mi-temps mais il ne pou­vait vrai­ment pas », pré­cise Laurent Blanc. La pré­sence du mi­lieu de ter­rain ven­dre­di à Nice est très in­cer­taine.

Stade Jean-Bouin (An­gers), hier soir. An­gel Di Ma­ria et les Pa­ri­siens se sont heur­tés au mur an­ge­vin du­rant toute la ren­contre, concé­dant un match nul et vierge.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.