La prime de Noël ver­sée à par­tir du 16 dé­cembre

Hier, Ma­nuel Valls a an­non­cé que le mon­tant de cette aide des­ti­née aux chô­meurs les plus mo­destes, se­rait sen­si­ble­ment le même que l’an­née der­nière.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - C.G.

PAS QUES­TION de sa­cri­fier la prime de Noël sur l’au­tel de l’aus­té­ri­té… Contraintes budgétaires ou pas, c’est sans grande sur­prise que le gou­ver­ne­ment a dé­ci­dé de re­con­duire ce tra­di­tion­nel geste de fin d’an­née en di­rec­tion des chô­meurs les plus mo­destes. « La prime se­ra ver­sée à par­tir du 16 dé­cembre », a confir­mé Ma­nuel Valls hier sur les ondes d’Eu­rope 1. D’ailleurs, de­puis 1998, la me­sure est bud­gé­tée chaque an­née qua­si au­to­ma­ti­que­ment dans les comptes de la na­tion. Ce­la fait dix-huit ans qu’elle est donc dis­tri­buée en dé­cembre.

Un peu plus de 150 € pour une per­sonne seule

Ver­sé par les Caisses d’al­lo­ca­tion fa­mi­liale, ce pe­tit coup de pouce à la consom­ma­tion res­te­ra à peu près le même qu’en 2014. A sa­voir, « un peu plus de 150 € pour une per­sonne seule et un peu plus de 320 € pour un couple avec deux en­fants », a dé­taillé le Pre­mier mi­nistre. Plus de deux mil­lions de foyers sont concer­nés.

Dans le dé­tail, les mon­tants de cette prime ne de­vraient pas être re­va­lo­ri­sés, ou très peu. L’an­née der­nière, ils al­laient de 152,45 € pour une per­sonne seule à 442,10 € pour un couple avec quatre en­fants. Chaque per­sonne sup­plé- men­taire com­po­sant le foyer ou­vrait en­suite un bo­nus de 60,98 €. Pour en bé­né­fi­cier, au­cune dé­marche n’est né­ces­saire. Il faut être al­lo­ca­taire du re­ve­nu de so­li­da­ri­té ac­tive socle (RSA) au mois de no­vembre ou de dé­cembre 2015. L’aide est alors ver­sée au­to­ma­ti­que­ment sur le compte du bé­né­fi­ciaire par la Caisse d’al­lo­ca­tions fa­mi­liale. Sont aus­si concer­nés les de­man­deurs d’emploi tou­chant une al­lo­ca­tion de so­li­da­ri­té spé­ci­fique (ASS), une al­lo­ca­tion équi­va­lente re­traite (AER), une prime for­fai­taire de re­prise d’ac­ti­vi­té ou une al­lo­ca­tion tran­si­toire de so­li­da­ri­té (ATS). Dans ces cas, l’aide fi­nan­cière est ver­sée par Pôle emploi et son mon­tant est fixe, quelles que soient les condi­tions fa­mi­liales. Il de­vrait être de 152,45 € comme l’an der­nier pour l’AER et l’ATS et de 219,53 € pour les bé­né­fi­ciaires de l’ASS.

Mal­heu­reu­se­ment, chaque an­née des re­tards en­tachent ce ver­se­ment at­ten­du par de nom­breuses fa­milles en dif­fi­cul­té. L’ar­gent n’ar­rive sou­vent qu’après les fêtes, donc après l’achat des ca­deaux de Noël. « Si vous ne voyez rien ve­nir pas­sé le 16 dé­cembre, con­tac­tez votre CAF ou votre centre Pôle emploi chaque jour », conseille d’ailleurs un site In­ter­net consa­cré à la prime de Noël.

(LP/Oli­vier Cor­san.)

De­puis 1998, la prime de Noël est ver­sée aux chô­meurs dont les re­ve­nus sont les plus mo­destes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.