Des « jack­pots » qui passent mal chez le roi des ho­ro­da­teurs

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE -

PO­LÉ­MIQUE chez Par­keon, le nu­mé­ro un mon­dial des ho­ro­da­teurs, ba­sé à Be­san­çon. La CFDT a dé­non­cé hier les « jack­pots scan­da­leux » que tou­che­raient les di­ri­geants de l’en­tre­prise en re­ven­dant la so­cié­té avant fin 2015. Se­lon le syn­di­cat, « l’équipe di­ri­geante va tou­cher à la re­vente de Par­keon 53 M€ » et son PDG, Ber­trand Bar­thé­lé­my, « au moins 20 M€ ». La CFDT dé­plore qu’à cette oc­ca­sion les 530 sa­la­riés em­ployés en France ne tou­che­ront qu’une prime de 900 € brut et une aug­men­ta­tion de sa­laire de 0,1 %, soit « qua­si­ment rien ». Se­lon un porte-pa­role de Par­keon, les di­ri­geants ré­coltent la va­lo­ri­sa­tion des titres qu’ils avaient ache­tés à un cours bas en 2011, lorsque l’en­tre­prise était au bord de la faillite. En outre, rap­pelle-t-il, entre les hausses de sa­laire et les pro­po­si­tions de ver­se­ment de par­ti­ci­pa­tion aux sa­la­riés, la di­rec­tion va pro­po­ser au per­son­nel 3 M€. Avant d’ajou­ter que, sur les cinq der­nières an­nées, le sa­laire moyen chez Par­keon a aug­men­té de 33 %.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.