Un double meurtre et une ven­geance

L’in­di­vi­du qui a abat­tu hier ma­tin un couple à Fou­lay­ronnes (Lot-et­Ga­ronne) res­tait in­trou­vable hier soir. La piste d’un ex-em­ployé du ma­ri est exa­mi­née.

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS - THI­BAULT RAISSE

UNE EXÉ­CU­TION FROIDE au pe­tit ma­tin. Un en­fant pour té­moin. L’ef­froi s’est em­pa­ré de Fou­lay­ronnes (Lot-et-Ga­ronne), une com­mune pai­sible si­tuée à 10 km d’Agen, de­puis la dé­cou­verte hier ma­tin des corps d’un père et d’une mère de famille de­vant leur do­mi­cile. Les époux ve­naient de sor­tir de chez eux, et étaient sur le point de ga­gner leur vé­hi­cule lors­qu’un in­con­nu les a abat­tus. Si toutes les pistes res­taient en­vi­sa­gées, la ven­geance d’un exem­ployé en conflit avec le ma­ri, chef d’en­tre­prise, était pri­vi­lé­giée par les en­quê­teurs. Tard hier soir, un sus­pect ar­mé a été lo­ca­li­sé à proxi­mi­té du lieu des faits par les gen­darmes.

Le crime s’est dé­rou­lé au­tour de 8 heures du ma­tin, de­vant le pa­villon iso­lé de la famille construit au bout d’un che­min. « Les pre­miers élé­ments in­diquent que le couple sem­blait re­joindre sa voi­ture lorsque les coups de feu ont été ti­rés, re­late un proche de l’en­quête. Dif­fi­cile de dire si le meur­trier at­ten­dait les vic­times en em­bus­cade, ou s’il est pas­sé à bord d’un vé­hi­cule, mais il semble avoir fait feu avec une arme d’épaule. » L’un des en­fants du couple, âgé de 5 ans, et té­moin de la scène, s’est ré­fu­gié dans la mai­son et a pré­ve­nu la gen­dar­me­rie qu’il y avait un « pro­blème » avec ses pa­rents. L’autre gar­çon, âgé de 10 ans, a lui pris la fuite sur la route voi­sine où il a été pris en charge par une pa­trouille.

Les en­quê­teurs n’ont pas tar­dé à s’in­té­res­ser à l’en­tou­rage pro­fes­sion­nel du père de famille, âgé comme sa femme de 42 ans, et chef d’en­tre­prise dans le BTP. « Il était de­puis long­temps en conflit avec un ex-em­ployé, contre le­quel il avait por­té plainte il y a quelques se­maines pour des me­naces et des dé­gra­da­tions », in­dique une source proche de l’af­faire. Au­di­tion­né par les gen­darmes, l’ex-sa­la­rié avait par la suite com­pa­ru de­vant un tri­bu­nal qui avait pro­non­cé une in­ter­dic­tion de s’ap­pro­cher trop près de son an­cien pa­tron. « Cette pro­cé­dure ju­di­ciaire, qui date de cet été, pour­rait être le mo­bile du crime, même si ce­la reste à confir­mer », se­lon cette même source.

Mal­gré le choc, le gar­çon­net té­moin du drame avait ra­pi­de­ment don­né aux en­quê­teurs la des­crip­tion d’un « homme mas­qué » qu’il avait vu s’en­fuir à bord d’une « voi­ture sombre ». Les mi­li­taires ont pas­sé la jour­née d’hier à ra­tis­ser les alen­tours. Un sus­pect iden­ti­fié et un temps lo­ca­li­sé par les gen­darmes près du pa­villon des deux vic­times res­tait hier soir en fuite.

La famille, dé­crite comme bien in­té­grée et sans his­toire, s’était ins­tal­lée dans la com­mune en 2007. « Des gens res­pec­tables, qui n’avaient ja­mais fait par­ler d’eux, as­sure Bru­no Do­bos, le maire de Fou­lay­ronnes. Un crime d’une telle vio­lence ne s’était ja­mais pro­duit ici. Et je crains que l’on s’en sou­vienne pour long­temps ».

(Pho­toPQR/« la Dé­pêche du Mi­di »/Jean-Mi­chel Ma­zet.)

Fou­lay­ronnes (Lot-et-Ga­ronne), hier. Les gen­darmes ont créé des bar­rages au­tour de la ville pour ten­ter de re­trou­ver le meur­trier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.