Lille veut croire à l’ef­fet An­to­net­ti

Ligue 1.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - Lille - Ville­neuve-d’Ascq (Nord) De notre cor­res­pon­dante Fré­dé­ric An­to­net­ti, nou­vel en­traî­neur de Lille GAËLLE LAURENT

VAIN­QUEUR de Saint-Etienne (1-0), le Losc de Fré­dé­ric An­to­net­ti a en­fin re­le­vé la tête après six matchs sans vic­toire (4 nuls et 2 dé­faites) et une sor­tie ca­tas­tro­phique quatre jours plus tôt à An­gers (2-0).

Au­cun ac­cueil par­ti­cu­lier n’avait été ré­ser­vé au nou­vel en­traî­neur du Losc. Pas de ban­de­role de bien­ve­nue ou de pro­tes­ta­tion : Fré­dé­ric An­to­net­ti a di­ri­gé son pre­mier match au stade Pierre-Mau­roy dans l’ano­ny­mat le plus com­plet. A la lec­ture du onze de dé­part, cer­tains ha­bi­tués de la tri­bune Nord, la plus ac­tive, sem­blaient mal­gré tout bla­sés. Par­mi les choix qui ont le plus in­ter­pel­lé les fans nor­distes : la nou­velle ti­tu­la­ri­sa­tion de Ju­nior Tal­lo, fan­to­ma­tique quelques jours plus tôt à An­gers. «C’est la même équipe qu’Her­vé Re­nard, Bou­fal et Ba­sa en moins (l’un est sus­pen­du, l’autre bles­sé, NDLR), souffle An­tho­ny, un abon­né de longue date. Je n’ai rien contre Tal­lo mais il a dé­jà mon­tré ses li­mites, ça suf­fit ». Le bi­lan de l’at­ta­quant lil­lois, dé­ce­vant à la mi­temps (16 bal­lons joués, 8 per­dus), n’a pour­tant pas at­ti­ré de ré­pri­mandes de la part du pu­blic nor­diste.

An­to­net­ti, sobre en cos­tume et trois quart, sans che­mise blanche, est res­té calme du­rant tout le match, s’ef­for­çant même de res­ter dans la zone qui lui est ré­ser­vée. Loin de l’en­traî­neur co­lé­rique que l’on connaît, on l’a même vu plai­san­ter avec le qua­trième ar­bitre à la de­mi­heure de jeu. Le Corse au sang chaud s’est-il dé­jà re­froi­di au contact du cli­mat lil­lois ? Ou est-ce le chan­tier dé­cou­vert dès son ar­ri­vée qui l’a cal­mé ? « L’his­toire nous a sou­ri ce soir, ad­met An­to­net­ti. On sait tous que ça va du­rer un mo­ment, il va fal­loir per­sé­vé­rer. J’ap­pelle ce­la de l’en­du­rance men­tale. Il en fau­dra. Ce soir, l’état d’es­prit était là. La vic­toire est une juste ré­com­pense par rap­port à l’in­ves­tis­se­ment des joueurs ».

Pour l’ins­tant, l’an­cien en­traî­neur de Rennes (2009-2013) a en tout cas dé­ci­dé d’ap­pli­quer la méthode douce. Hier il a pré­fé­ré en­cou­ra­ger ses troupes avec convic­tion que stig­ma­ti­ser les ra­tés de son équipe. Lorsque Mar­vin Mar­tin a ten­té un lob, pas­sé juste au-des­sus de la barre (52e), il a ap­plau­di l’au­dace de l’an­cien in­ter­na­tio­nal fran­çais. Puis sa­lué la passe mil­li­mé­trée du mi­lieu de ter­rain lil­lois pour Yas­sine Ben­zia, au­teur d’une de­mi-vo­lée ma­gni­fique (60e). Sans ef­fu­sion de joie. Dans la li­gnée de son ex­pres­sion me­su­rée de­puis son ar­ri­vée à Lille.

Dans les der­nières mi­nutes du match, alors que son équipe me­nait tou­jours 1-0, An­to­net­ti a eu du mal à se conte­nir. On l’a vu sau­ter, se re­tour­ner ner­veu­se­ment vers son banc, in­vec­ti­ver Si­di­bé qui dé­ser­tait sa zone, avant de le­ver les bras en signe de vic­toire. Un soulagement, même si le Losc est tou­jours dans la zone rouge ce ma­tin.

Guingamp : Sa­li­bur (45e+3). Reims : Ngog (14e, 54e). Bas­tia - Bor­deaux........................1-0

Ras­pen­ti­no (88e). Mo­na­co - Caen.................................1-1 Lille - Saint-Etienne........................1-0 Ce soir, 21 heures (Ca­nal + sport) Rennes - Mar­seille (Lo­rient). Ibra­hi­mo­vic (PSG).

Mou­kand­jo Bat­shuayi (Mar­seille),

Ca­va­ni (PSG).

« Il fau­dra de l’en­du­rance

men­tale »

Pho­topqr/« la Voix du Nord »/Chi­bane.)

Satde Pierre-Mau­roy (Ville­neuve-d’Ascq), hier soir. Yas­sine Ben­zia a mar­qué un but d’une su­perbe re­prise de vo­lée pour le Losc. ((

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.