« Ma­thieu s’est fait re­tour­ner le cer­veau »

Af­faire de la sex-tape. à pro­pos de Val­bue­na, lors de son in­ter­view dif­fu­sée hier soir sur TF 1

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - CH­RIS­TOPHE BÉRARD

KA­RIM BEN­ZE­MA est donc sor­ti de son si­lence hier soir au 20 Heures de TF 1. Un en­tre­tien réa­li­sé à la de­mande de l’en­tou­rage de l’at­ta­quant du Real Ma­drid, pré­pa­ré et en­re­gis­tré mar­di dans les lo­caux du centre d’en­traî­ne­ment du club es­pa­gnol. Contrai­re­ment à sa po­si­tion sur le ter­rain, l’at­ta­quant ma­dri­lène a le plus sou­vent évo­lué en dé­fense, dans ce qui se pré­sen­tait d’abord comme une opé­ra­tion de com­mu­ni­ca­tion.

Il a d’abord ré­pon­du au Pre­mier mi­nistre Ma­nuel Valls qui, la veille, avait évo­qué son évic­tion des Bleus. « C’est un achar­ne­ment. On me traîne dans la boue comme si j’étais un cri­mi­nel. » Dans cette af­faire, Ben­ze­ma est mis en exa­men de­puis le 5 no­vembre pour « com­pli­ci­té de ten­ta­tive de chan­tage ». Il lui est re­pro­ché d’avoir in­ci­té son co­équi­pier en équipe de France, Ma­thieu Val­bue­na, à payer pour ré­cu­pé­rer une vi­déo in­time à des maîtres chan­teurs lui ré­cla­mant 150 000 €.

Concer­nant sa conver­sa­tion du 5 oc­tobre à Clai­re­fon­taine avec Val­bue­na en marge d’un ras­sem­ble­ment des Bleus — un face-à-face au cours du­quel le joueur lyon­nais a eu le sen­ti­ment a pos­te­rio­ri que son com­père avait vou­lu l’« in­ci­ter » à payer —, Ben­ze­ma a li­vré sa ver­sion. « J’ai pré­ve­nu Ma­thieu qu’il y avait une vi­déo sur lui et que j’avais un ami qui pou­vait l’ai­der. Je lui ai par­lé avec le coeur. » Pour lui, il n’y a au­cune no­tion de « chan­tage » dans sa conver­sa­tion. « Ce­la me rend fou d’en­tendre ce­la. Ma­thieu sait que j’ai été sin­cère et qu’on a ja­mais par­lé d’ar­gent. » Il plaide la thèse de la blague avec un ami. « Avec lui, on fait les ac­teurs et on ri­gole au té­lé­phone. Mais je le re­grette », as­sure-t-il. Il ex­plique aus­si que, sans le contrôle ju­di­ciaire lui in­ter­di­sant de ren­con­trer Ma­thieu Val­bue­na, il se se­rait dé­jà ex­pli­qué avec lui à Lyon. Et sur l’épi­logue de cette af­faire, Ben­ze­ma sou­haite un hap­py end col­lec­tif. « J’es­père qu’on se re­trou­ve­ra tous en équipe de France. Je ne suis pas coupable et je ne joue pas un jeu. » Le jour­nal « le Monde » pro­met au­jourd’hui de nou­velles ré­vé­la­tions sur l’af­faire et de « prou­ver que Ben­ze­ma a men­ti à Val­bue­na et aux po­li­ciers quand il était en garde à vue ». L’at­ta­quant tri­co­lore pen­sait en avoir fi­ni hier soir, mais le feuille­ton est loin d’être clos.

le­pa­ri­sien.fr

Ses ex­pli­ca­tions sur TF 1

j’es­père que ça va bien se ter­mi­ner, il bas­cule la tête à droite et vers l’avant. C’est une at­ti­tude que l’on prend lors­qu’on est dans un état crain­tif. D’autres signes le prouvent, comme cette moue du­bi­ta­tive ou sa lèvre in­fé­rieure qui rentre dans sa bouche. Par ailleurs, lors­qu’il parle de Val­bue­na et de l’af­faire, je vois plu­tôt de la sin­cé­ri­té. Par exemple, quand il évoque la conver­sa­tion té­lé­pho­nique avec son ami

(Ze­na­ti),

rend fou,

(Do­cu­ment TF 1.)

Ka­rim Ben­ze­ma a choi­si le 20 Heures de TF 1 pour par­ler pour la pre­mière fois de l’af­faire de la sex-tape de Ma­thieu Val­bue­na. Af­faire pour la­quelle l’at­ta­quant des Bleus a été mis en exa­men pour com­pli­ci­té de ten­ta­tive de chan­tage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.