« Une par­tie de Mi­ka­do »

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT JOUR -

LE PRE­MIER T2 de la jour­née part à 6 h 29 de Nantes et ar­rive à 6 h 57 à Clis­son après avoir des­ser­vi six gares. Et c’est ain­si jus­qu’à la fin du ser­vice, à 22 h 4. Tous les jours, 447 trains cir­culent sur les 20 lignes du ré­seau fer­ro­viaire des Pays de la Loire. Chan­ger un seul horaire im

pacte tout le tra­fic. « C’est comme une par­tie de mi­ka­do », ré­sume Cé­cile Co­lom­bo, chef du pôle des­sertes et pé­ri­ur­bain à la Di­rec­tion des trans­ports de la ré­gion. Chaque an­née, de nou­velles liai­sons — comme la ré­ou­ver­ture de la ligne Nantes-Châ­teau­briand — viennent tout cham­bou­ler, et im­posent de re­voir la grille horaire. Les voies du Nantes - Sainte-Pa­zane, qui as­sure la liai­son avec Por­nic, au nord, et Saint-Gilles-Croix-de-Vie, au sud, ont, elles, été ré­no­vées. « On avait des beaux trains qui rou­laient au ra­len­ti, comme des For­mules 1 sur un che­min de terre, re­lève Cé­cile Co­lom­bo. Ils sont pas­sés de 60 km/ h à 140. » Cette den­si­fi­ca­tion, il faut la ca­den­cer… et la coordonner avec la SNCF. Un vé­ri­table casse-tête qui passe par des consul­ta­tions ré­gu­lières au­près des ha­bi­tants pour ré­pondre au mieux aux be­soins… et leur faire préférer le train.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.