Air­bus veut ou­vrir l’ho­ri­zon des jeunes des quar­tiers prio­ri­taires

Stages d’ob­ser­va­tion pour élèves de 3e, par­rai­nage de jeunes ou ap­pren­tis­sage : le groupe aé­ro­nau­tique ren­force ses ac­tions en fa­veur de l’in­ser­tion pro­fes­sion­nelle des ha­bi­tants des quar­tiers prio­ri­taires.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - Tou­louse (Haute-Ga­ronne) De notre cor­res­pon­dante Maxime Tar­zaa­li, 29 ans, coa­ché par une cadre d’Air­bus AR­MELLE PARION

ILS ONT 14-15 ANS et vivent dans les quar­tiers dits prio­ri­taires de l’ag­glo­mé­ra­tion tou­lou­saine. Pour la pre­mière fois, une poi­gnée de col­lé­giens dé­cou­vri­ra la se­maine pro­chaine le monde de l’en­tre­prise en ef­fec­tuant le stage d’ob­ser­va­tion ins­crit au pro­gramme de la classe de 3e chez Air­bus, l’avion­neur eu­ro­péen et nu­mé­ro un mon­dial des ventes d’avions de­vant Boeing. Ces élèves sont la pre­mière illus­tra­tion concrète du par­te­na­riat pour l’emploi si­gné en sep­tembre avec le pré­fet de Haute-Ga­ronne. Un dé­par­te­ment où, de­puis l’ar­ri­vée des Air­bus et de Bouygues Ener­gies, seize grandes so­cié­tés sont dé­sor­mais en­ga­gées à mettre en oeuvre la charte En­tre­prises et Quar­tiers lan­cée par le gou­ver­ne­ment en juin 2013 afin de le­ver les freins à l’em­bauche pour les ha­bi­tants des quar­tiers prio­ri­taires, où le taux de chô­mage est très su­pé­rieur à la moyenne na­tio­nale.

« L’au­to­cen­sure com­mence très tôt. Ra­con­ter de belles his­toires, des par­cours in­di­vi­duels réus­sis aux plus jeunes, c’est un moyen de leur mon­trer que ces car­rières sont ac­ces­sibles, af­firme Yoann La­can, res­pon­sable di­ver­si­té et en­ga­ge­ment pour Air­bus en France. Nous ac­cueillons dès la se­maine pro­chaine notre pre­mier sta­giaire dé­cou­verte de 3e, qui vient du col­lège Ray­mond-Ba­diou à Tou­louse, sur le site de Saint-Mar­tin-du-Touch. Nous avons pré­vu d’en avoir cinq de ce col­lège du­rant l’an­née sco­laire. » Au res­pon­sable d’Air­bus de dé­tailler deux autres types d’ac­tions : le re­cru­te­ment d’ap­pren­tis et le coa­ching de jeunes ha­bi­tant les quar­tiers prio­ri­taires.

Ce dis­po­si­tif, Maxime Tar­zaa­li, 29 ans, en a bé­né­fi­cié pen­dant un an, lorsque Ca­the­rine Bras, di­rec­trice des ventes chez Air­bus et in­gé­nieur de for­ma­tion, a par­ta­gé avec lui son ré­seau et son ex­pé­rience. Il a gran­di dans le quar­tier sen­sible de La­lande. « Plus que mon adresse et mes ori­gines magh­ré­bines, mes ori­gines so­ciales ex­pliquent que j’aie mis du temps à trou­ver ma voie », ana­lyse-t-il.

A l’is­sue de son di­plôme uni­ver­si­taire à l’Ecole su­pé­rieure agro­no­mique de Tou­louse (En­sat), Maxime, qui se des­ti­nait à la re­cherche, dé­cide de s’orien­ter vers le contrôle qua­li­té. Il dé­couvre alors qu’il est éli­gible au pro­gramme de par­rai­nage pi­lo­té par l’as­so­cia­tion Nos quar­tiers ont des ta­lents (NQT). « Je lui ai don­né une vi­sion réa­liste et les codes de l’en­tre­prise. Je l’ai sur­tout ai­dé à gar­der le mo­ral et à re­la­ti­vi­ser ses dif­fi­cul­tés face à un mar­ché de l’emploi ten­du », ré­sume Ca­the­rine Bras.

« Le pro­gramme, com­po­sé d’ou­tils mis à ma dis­po­si­tion comme des vi­déos et des cours d’an­glais, m’a mo­ti­vé. L’aide d’une per­sonne avec qui je n’avais au­cun lien af­fec­tif m’a beau­coup ai­dé », té­moigne Maxime Tar­zaa­li.

La cadre de 55 ans a re­lu ses lettres de mo­ti­va­tion, l’a ai­dé à cla­ri­fier son CV et à ci­bler les mots clés et les bonnes tour­nures de phrase. Elle lui a même or­ga­ni­sé un ren­dez-vous avec un pro­fes­sion­nel de la qua­li­té. Ce coa­ching per­son­na­li­sé a por­té ses fruits : de­puis sep­tembre, le jeune homme a tra­vaillé en al­ter­nance dans une en­tre­prise se­men­cière. Grâce à plu­sieurs as­so­cia­tions, dont NQT, Ca­pi­tal Filles, et Pas­se­port Ave­nir, une cen­taine de sa­la­riés d’Air­bus ont par­rai­né 250 jeunes de­puis cinq ans. Il reste le vo­let ap­pren­tis­sage, pour le­quel Air­bus com­men­ce­ra le re­cru­te­ment des jeunes au mois d’avril… mais qui ne va pas sans quelques dif­fi­cul­tés. « Nous n’avons pas le droit d’iden­ti­fier l’adresse sur un CV, pré­cise Yoann La­can. Nous de­vons donc tra­vailler avec des par­te­naires au­to­ri­sés par l’Etat à fil­trer les CV et qui nous en­voient en­suite les can­di­da­tures des jeunes is­sus de la di­ver­si­té. » Air­bus tra­vaille avec les mis­sions lo­cales et la plate-forme emploi-en­tre­prise du quar­tier Em­pa­lot, pour des re­cru­te­ments qui ne se­ront ef­fec­tifs qu’à la ren­trée pro­chaine. Et pour l’heure, l’en­tre­prise ne com­mu­nique au­cun ob­jec­tif chif­fré sur le nombre de jeunes ap­pren­tis em­bau­chés.

« Mes ori­gines so­ciales ex­pliquent que j’aie mis du temps à trou­ver

ma voie »

« Il fau­drait ar­rê­ter d’ex­ploi­ter les jeunes, ar­rê­ter de les faire tri­mer avec un sta­tut de sta­giaire et leur pro­po­ser de vrais em­plois. Per­son­nel­le­ment, j’ai choi­si ma voie : j’étu­die le vio­lon à Co­logne, en Al­le­magne. Je ne suis pas in­quiète parce qu’outre-Rhin, il y a beau­coup plus d’op­por­tu­ni­tés pro­fes­sion­nelles. Je n’ai pas peur de la pré­ca­ri­té, car j’ai choi­si un mé­tier qui est aus­si une pas­sion. » « Il fau­drait dé­ve­lop­per l’ap­pren­tis­sage avec une ex­pé­rience pro­fes­sion­nelle en en­tre­prise qui pré­pare les jeunes au monde du tra­vail. Le sys­tème éducatif doit être re­vu. Il n’y a pas as­sez de pas­se­relles entre l’en­tre­prise et l’école. On peut aus­si par­ler des langues étran­gères. Le ni­veau de nos étu­diants n’est pas as­sez éle­vé, alors que le mar­ché éco­no­mique est mon­dial, ou au moins eu­ro­péen. » « Mes deux en­fants ont trou­vé leur voie grâce à l’ap­pren­tis­sage. Je suis per­sua­dée que c’est la so­lu­tion. L’aî­né tra­vaille comme tech­ni­cien ; il as­semble des pièces mé­ca­niques. Après son ap­pren­tis­sage, il y a dix ans, il a été em­bau­ché sans dif­fi­cul­té. Mon der­nier fils a sui­vi une voie si­mi­laire dans la pe­tite en­fance. Il a bé­né­fi­cié d’un contrat d’ave­nir, re­nou­ve­lable deux ans, dans une crèche. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.