La Chine dit non à nos vo­lailles

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - Le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture

LA GRIPPE AVIAIRE, qui sé­vit en Dor­dogne, est en train de prendre une di­men­sion qui pé­na­lise les ex­por­ta­tions de vo­lailles fran­çaises. Ven­dre­di der­nier, la Co­rée du Sud avait été la pre­mière à an­non­cer qu’elle in­ter­di­sait la vo­laille fran­çaise. Ce pays avait pour­tant im­por­té de­puis jan­vier der­nier treize tonnes de foie gras, une tonne de viande de canard, 844 000 pous­sins et 41 000 ca­ne­tons en pro­ve­nance de France ! Hier une réunion de crise a eu lieu au mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture, pour faire le point sur les pays qui pour­raient être ten­tés de suivre la dé­ci­sion de la Co­rée du Sud. En l’état ac­tuel, se­lon nos in­for­ma­tions, la Chine a dé­ci­dé d’in­ter­rompre ses im­por­ta­tions. Il s’agit d’un mar­ché im­por­tant, no­tam­ment pour le foie gras. Le Ja­pon éga­le­ment ferme ses portes aux vo­lailles fran­çaises. Le Ma­roc, qui était sur la même ligne, ac­cepte, à par­tir de la se­maine pro­chaine, de re­voir son point de vue, en ex­cluant des im­por­ta­tions une zone li­mi­tée à 100 km au­tour du centre de l’épi­dé­mie. Les pays du Moyen-Orient, gros im­por­ta­teurs de pou­lets, no­tam­ment de l’Ouest, n’ont pas pris de me­sures de re­stric- tions des im­por­ta­tions. « Nous leur ex­pli­quons, à tous, que nous gé­rons cette af­faire avec tout le sé­rieux né­ces­saire et que nous pre­nons des me­sures », ex­plique-t-on au mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture. La plus em­blé­ma­tique est l’in­ter­dic­tion d’ex­por­ter les oeufs à cou­ver de Dor­dogne, vers les pays étran­gers. Il ne s’agit pas des oeufs que nous consom­mons pour l’ali­men­ta­tion, mais des oeufs fé­con­dés, qui vont de­ve­nir des pous­sins. « Ce sont po­ten­tiel­le­ment des vec­teurs de trans­mis- sion de la grippe aviaire aux vo­lailles », pré­cise-t-on au mi­nis­tère. L’ex­por­ta­tion d’oiseaux vi­vants en de­hors de Dor­dogne est elle aus­si in­ter­dite.

Mal­gré cette ap­pli­ca­tion du prin­cipe de pré­cau­tion, le consen­sus existe tou­te­fois pour dire que la grippe aviaire ne peut pas s’at­tra­per en man­geant des ali­ments. « Il n’y a donc au­cune rai­son de bou­der les pou­lets, ca­nards, et autres foies gras de Dor­dogne, qui vont ar­ri­ver mas­si­ve­ment sur les étals au cours des pro­chaines se­maines. Au contraire », sou­tient le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture.

« Il n’y a au­cune rai­son de bou­der les foies gras

de Dor­dogne »

nL’AU­TO­RI­TÉ DE SÛ­RE­TÉ NU­CLÉAIRE (ASN) a an­non­cé jeu­di avoir or­don­né à EDF de ré­pa­rer des dé­fauts d’étan­chéi­té de l’un de ses ré­ac­teurs de la cen­trale du Bu­gey (Ain), à l’ar­rêt de­puis fin août, et de lui sou­mettre les pro­cé­dés de ré­pa­ra­tion avant tout re­dé­mar­rage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.