« Cer­tains gla­ciers ont per­du 100 m de lar­geur »

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - FRÉ­DÉ­RIC MOUCHON

Parce qu’elle a sillon­né les mers du globe, la na­vi­ga­trice Isa­belle Au­tis­sier, pré­si­dente du WWF France, a dé­ci­dé d’en­dos­ser à la COP21 le rôle d’am­bas­sa­drice des océans, le thème des tables rondes d’hier. Amou­reuse du Grand Nord, elle a été « très im­pres­sion­née » cet été par la fonte des glaces dans le cercle arc­tique. « Beau­coup de gla­ciers n’ar­rivent plus jus­qu’à la mer et cer­tains ont per­du 100 m de lar­geur en quelques an­nées, té­moigne la pré­si­dente du WWF. Si tous les gla­ciers ter­restres du Groen­land fon­daient, le ni­veau des océans grim­pe­rait de 7 m et ce ne se­rait pas beau à voir pour l’hu­ma­ni­té. » Dif­fi­cile pour­tant de me­su­rer l’im­pact d’une mer plus chaude de 0,8 °C. « L’aci­di­fi­ca­tion des océans risque de faire mou­rir les co­raux, ce qui au­ra un im­pact sur un mil­liard de per­sonnes qui se nour­rissent de pois­sons co­ral­liens. Et si le planc­ton qui nous four­nit 50 % de notre oxy­gène dis­pa­raît, c’est comme si l’homme re­non­çait à une res­pi­ra­tion sur deux. » Mal­gré l’ur­gence de li­mi­ter à 2 °C la hausse du mer­cure, elle ne se berce pas d’illu­sions sur l’is­sue de la COP21. « Comme je ne vis pas dans le monde des Bi­sou­nours, je ne pense pas qu’on par­vien­dra à un ac­cord par­fait, mais si tous les ci­toyens de la pla­nète changent leur mode de vie, ce­la en­ver­ra un si­gnal fort au monde po­li­tique et éco­no­mique. » Isa­belle Au­tis­sier a mis en adé­qua­tion ses pa­roles et ses actes. « Je mange bio de­puis dix ans, je li­mite la viande car l’élevage est très pro­duc­teur de gaz à ef­fet de serre, je fais 25 fois plus de vé­lo qu’avant et je lave mon linge à 40 °C au lieu de 60 °C. » Des pe­tits gestes. Mais la na­vi­ga­trice est per­sua­dée que les pe­tits ruis­seaux font les grandes rivières.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.