Les Bleus en route vers les An­tilles

Le Parisien (Paris) - - SPORTS -

CE MA­TIN, le bu­reau fé­dé­ral de la FFT (Fé­dé­ra­tion fran­çaise de ten­nis) dé­si­gne­ra la ville hôte de France-Ca­na­da au 1er tour, du 4 au 6 mars. Une dé­ci­sion par­ti­cu­liè­re­ment at­ten­due puisque, pour la pre­mière fois de son his­toire, l’équipe de France a de fortes chances d’évo­luer outre-mer, soit à BaieMa­hault (Gua­de­loupe), soit à Pointe-à-Pitre (Mar­ti­nique).

nPour­quoi jouer outre-mer ?

Dès que Yan­nick Noah a pris connais­sance de l’ad­ver­saire, le 24 sep­tembre, il a lo­gi­que­ment émis le sou­hait de re­ce­voir le Ca­na­da sur terre bat­tue et de pré­fé­rence en plein air. Soit les condi­tions les plus pro­pices pour neu­tra­li­ser un grand ser­veur comme le n° 1 ca­na­dien, Mi­los Rao­nic. Or, im­pos­sible de jouer en plein air en mé­tro­pole dé­but mars… « Il n’y a pas chez Yan­nick une quel­conque vo­lon­té de mar­quer son ar­ri­vée, pré­cise Jean-Pierre Dar­te­velle, vice-pré­sident de la FFT. L’in­té­rêt est avant tout spor­tif. En­suite vient la di­men­sion sym­bo­lique du pro­jet : jouer outre-mer, em­me­ner Gaël Mon­fils là-bas… Il s’agi­rait d’un si­gnal as­sez fort. »

« Le sport an­tillais a dé­jà tel­le­ment don­né aux dif­fé­rentes fé­dé­ra­tions spor­tives de France qu’il s’agi­rait d’un juste re­tour des choses », es­time quant à lui Ch­ris­tian For­bin, pré­sident de la Ligue de Gua­de­loupe. Ger­main Soum­bo, son ho­mo­logue mar­ti­ni- quais, y voit l’oc­ca­sion de pro­mou­voir la des­ti­na­tion « Mar­ti­nique ». Et de sa­tis­faire une de­mande lo­cale : « L’équipe de France est bien mé­tis­sée main­te­nant avec Noah, Tson­ga et Mon­fils. Les An­tillais se sentent concer­nés. »

nUn dos­sier dé­li­cat

Pour au­tant, jouer outre-mer ne s’est pas im­po­sé comme une évi­dence à la FFT. Dans un pre­mier temps, les ligues d’outre-mer n’ont pas été ap­pe­lées à can­di­da­ter. Tech­ni­que­ment — quelque 400 t de ma­té­riaux à ache­mi­ner — et fi­nan­ciè­re­ment, le dos­sier est ap­pa­ru d’abord ir­réa­liste. Aus­si Noah a dû un temps se ra­battre sur une so­lu­tion in­door, à Rouen (Nor­man­die), Tré­la­zé (Maine-et-Loire), voire Al­bert­ville (Sa­voie) — en­core que de bonne source, il a écar­té d’em­blée l’éven­tua­li­té de jouer un tant soit peu en al­ti­tude.

Bon per­dant, Ste­phan Post, pré­sident de la ligue Dau­phi­né-Sa­voie et por­teur du pro­jet Al­bert­ville, sou­ligne une cer­taine lé­gè­re­té de la part de la FFT : « Ce qui me gêne, c’est qu’on ait conclu uni­la­té­ra­le­ment à la non-fai­sa­bi­li­té d’une telle en­tre­prise, sans même consul­ter les in­té­res­sés outre-mer. L’étude de fai­sa­bi­li­té n’a été me­née qu’une fois les dos­siers (NDLR : mé­tro­po­li­tains) ren­dus fin oc­tobre. On n’a pas été très clair dans cette pro­cé­dure et il faut l’as­su­mer. Par consé­quent, Ch­ris­tian For­bin était lé­gi­time en de­man­dant un dé­lai en vue de mon­ter un dos­sier de can­di­da­ture. Pour­quoi n’irions-nous pas ou­tre­mer dès lors que les coûts sont as­su­més ? »

De fait, la FFT a re­con­si­dé­ré son point de vue et, le 13 no­vembre, a dif­fé­ré de 15 jours son ver­dict, le temps pour la Gua­de­loupe, puis pour la Mar­ti­nique, in ex­tre­mis, de mon­ter cha­cune un dos­sier. Pour une opé­ra­tion es­ti­mée à 1,3 M€, les col­lec­ti­vi­tés lo­cales ap­por­te­raient en­vi­ron 800 000 € dans l’un et l’autre dos­sier, la dif­fé­rence in­com­bant à la FFT.

nGua­de­loupe et Mar­ti­nique au coude a coude

Lun­di et mar­di, une dé­lé­ga­tion de la FFT vi­si­tait les sites de Gua­de­loupe et de Mar­ti­nique. La Gua­de­loupe pro­pose d’or­ga­ni­ser la ren­contre au vé­lo­drome Amé­dée-Dé­traux de Baie-Ma­hault, 8 500 à 9 000 places, qui a ac­cueilli les Cham­pion­nats d’Eu­rope de cy­clisme sur piste en 2014.

La Mar­ti­nique s’ap­puie sur le stade Pierre-Ali­ker de Pointe-à-Pitre, 16 500 à 18 000 places, où l’équipe de France de football avait dis­pu­té son pre­mier match outre-mer, en ami­cal face au Cos­ta Ri­ca (3-2, le 9 no­vembre 2005).

Les deux îles se tiennent. La Mar­ti­nique a pour elle un vo­lume d’ac­cueil su­pé­rieur. De son cô­té, la Gua­de­loupe peut ti­rer pro­fit d’une can­di­da­ture en­ta­mée plus tôt et d’ap­puis comme ce­lui de l’an­cien mi­nistre des Outre-mer Vic­to­rin Lu­rel, dé­pu­té et pré­sident de ré­gion. « Ce se­ra dos­sier contre dos­sier, pré­vient For­bin. Mais, dans un cas comme dans l’autre, ce se­rait bé­né­fique pour le ten­nis de la Ca­raïbe. »

(Icon Sport/Nol­wenn Le Gouic.)

Pa­ris, le 22 sep­tembre. Yan­nick Noah veut à tout prix af­fron­ter le Ca­na­da du re­dou­table ser­veur Mi­los Rao­nic sur terre bat­tue et en ex­té­rieur. D’où l’idée de jouer aux An­tilles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.