Le cy­cliste gagne des courses à… pied

Le Parisien (Paris) - - ILE-DE-FRANCE SPORTS - Yann Guyot, ex-cham­pion de France ama­teur (2014) LAURENT PRUNETA

HIER, après une sor­tie en VTT avec no­tam­ment Ro­main Har­dy (Co­fi­dis), Yann Guyot a ef­fec­tué une séance de course à pied de 50 mi­nutes. En pleine pré­pa­ra­tion hi­ver­nale, le cou­reur de l’Ar­mée de terre (29 ans) qui nage éga­le­ment 5 à 6 km par se­maine et pra­tique la mus­cu­la­tion, aime va­rier les plai­sirs entre ses sor­ties à vé­lo de trois heures.

Le di­manche, il dis­pute même des com­pé­ti­tions de cross. Et il les gagne ! Vain­queur il y a quinze jours à Ville­moi­san (Maine-et-Loire), il a ré­ci­di­vé le week-end der­nier lors du Vé­tath­lon (5,5 km de course à pied, 20 km de VTT puis en­core 2, 7 km de cross) de Saint-M’Her­von (Ille-et-Vi­laine). « Je suis un com­pé­ti­teur, ex­plique Guyot. Dès que je pra­tique un sport, c’est pour ga­gner, être le meilleur. Je me suis pris au jeu.Grâce au vé­lo, j’ai un peu plus de caisse que les autres, donc ça m’aide. »

Il dis­pose quand même de so­lides ré­fé­rences en course à pied. Chez les sco­laires, il a rem­por­té plu­sieurs titres de cham­pion de Bre­tagne de cross et s’est clas­sé 3e d’un Cham­pion­nat de France. Après son opé­ra­tion de l’ar­tère iliaque, qui a in­ter­rom­pu sa sai­son cy­cliste en août, c’est par la course à pied que Yann Guyot a re­pris le sport dé­but oc­tobre.

« J’ai tou­jours ai­mé ça, ex­plique-til. J’avais long­temps ar­rê­té mais j’ai re­pris le cross de­puis trois hi­vers. Ce­la fait du bien de cou­per du monde du vé­lo, de voir d’autres têtes. Ça rompt la mo­no­to­nie. Le coeur est très sol­li­ci­té au dé­part, il y a des chan­ge­ments de rythme, les par­cours sont va­riés. Donc c’est bé­né­fique pour ma pré­pa­ra­tion. J’aime bien aus­si l’es­prit convi­vial de ces courses de clo­cher. A la fin, on par­tage une soupe, une crêpe, c’est sym­pa. »

Le cham­pion de France ama­teur en 2014 au Fu­tu­ro­scope, vain­queur cette an­née d’une étape du Tour du Loir-et-Cher, ne passe évi­dem­ment pas in­aper­çu. « Ça in­trigue for­cé­ment de me trou­ver là, des pré­si­dents sont dé­jà ve­nus me voir pour que je prenne une li­cence dans leur club », sou­rit Guyot qui va peu à peu li­mi­ter ses ap­pa­ri­tions sur les che­mins.

« Beau­coup de mé­de­cins et en­traî­neurs dé­con­seillent la course à pied quand on est cy­cliste, re­con­naît-il. C’est vrai que c’est un peu trau­ma­ti­sant. Ce n’est pas les mêmes dou­leurs ni les mêmes muscles qui tra­vaillent. Mais ça dé­pend du cou­reur, moi je n’ai pas de pro­blèmes aux ge­noux. Et à part la cor­ri­da de Vannes à la fin du mois, je ne fais pas de courses sur route, es­sen­tiel­le­ment des cross. J’ai en­core de belles an­nées dans le vé­lo, mais plus tard, mon rêve se­rait de par­ti­ci­per à un tri­ath­lon Iron­man. »

« Ça rompt la mo­no­to­nie »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.