La banque qui vient ai­der les clubs

Pro A.

Le Parisien (Paris) - - ILE-DE-FRANCE SPORTS - JU­LIEN LE­SAGE

C’EST UN CLUB très pri­vé. On y re­trouve 36 équipes pro­fes­sion­nelles à tra­vers toute la France, dont le der­nier membre s’ap­pelle Nan­terre. Mar­di soir, dans les nou­veaux sa­lons VIP de son pa­lais des sports Mau­rice-Tho­rez, le cham­pion de France 2013 a of­fi­cia­li­sé, de­vant une cin­quan­taine d’en­tre­pre­neurs et l’ac­teur Ch­ris­tophe Lam­bert, son par­te­na­riat avec Bpi­france. La JSF re­joint un cercle sé­lect et hé­té­ro­clite où l’on peut trou­ver les bas­ket­teurs de Stras­bourg (Pro A) ou Poi­tiers (Pro B), mais aus­si les foot­bal­leurs de Di­jon (L 2), les rug­by­men de Bor­deaux (Top 14) ou de Tulle (Fé­dé­rale 1) et les vol­leyeurs de Tours (Ligue A).

Peu connue du grand pu­blic, la banque pu­blique d’in­ves­tis­se­ment, Bpi­france, née en dé­cembre 2012 dans la fou­lée de l’élec­tion de Fran­çois Hol­lande et dont les ac­tion­naires sont l’Etat et la Caisse des dé­pôts, a été créée à l’ori­gine pour ac­com­pa­gner et dé­ve­lop­per les jeunes en­tre­prises fran­çaises. Mais de­puis l’été 2014, elle s’est éga­le­ment fixé pour mis­sion d’ai­der les clubs spor­tifs. De fa­çon in­di­recte, en ou­vrant son puis­sant ré­seau de 200 000 en­tre­prises clientes.

nL’idée : com­pen­ser la baisse des aides des col­lec­ti­vi­tés

« Notre rôle est de mettre en re­la­tion des en­tre­pre­neurs avec des clubs, de dé­ve­lop­per les par­te­na­riats », ex­plique Pa­trice Bé­gay, di­rec­teur exé­cu­tif de Bpi­france. L’ar­ri­vée de cette banque pu­blique dans le sport est sans doute en rap­port avec le fait que les sub­ven­tions des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales vont consi­dé­ra­ble­ment se ré­duire dans un ave­nir proche. Une fa­çon de com­pen­ser ces coupes claires pour les clubs re­te­nus.

« On ne met pas de cash (NDLR : une somme sym­bo­lique se­rait ver­sée aux clubs) mais on joue les in­ter­mé­diaires, pour­suit Bé­gay. L’his­toire de Nan­terre, pas­sé de la plus pe­tite division dé­par­te­men­tale en 1987 au titre eu­ro­péen Eu­roc­hal­lenge l’an der­nier est unique dans le sport fran­çais. Nos choix ne se font pas uni­que­ment sur les per­for­mances mais sur des va­leurs. Des va­leurs de sim­pli­ci­té, de proxi­mi­té, qu’on re­trouve dans le club de Nan­terre, et des va­leurs ma­na­gé­riales im­por­tantes qui sont la vo­lon­té et l’op­ti­misme. Leur am­bi­tion est de de­ve­nir le club de basket de la ré­gion pa­ri­sienne pour la for­ma­tion. Un club por­teur d’es­poir pour la jeunesse et la ban­lieue. »

nI­vry (hand) et le Pa­ris FC (foot) aus­si dans la boucle

En Ile-de-France, Nan­terre n’est pas le seul à avoir ta­pé dans l’oeil de ce « ré­seau so­cial d’en­tre­pre­neurs », comme le dé­crit son di­rec­teur exé­cu­tif. Les hand­bal­leurs d’Ivry, les foot­bal­leurs du Pa­ris FC (« que l’on sou­haite ai­der à de­ve­nir le 2e club de Pa­ris », confie Bé­gay) et les rug­by­men du Stade Fran­çais ont dé­jà tou­ché les bé­né­fices de ce par­te­na­riat. Jean Don­na­dieu a, grâce à Bpi­france, pu ren­con­trer un chef d’en­tre­prise la se­maine der­nière. « Il faut se don­ner les moyens pour du­rer et ac­qué­rir, si pos­sible, quelques titres sans perdre notre âme et nos va­leurs. Bpi­france veut nous ai­der à pour­suivre ce conte de fées », in­dique le pré­sident de la JSF Nan­terre, qui ac- cueille­ra trois en­tre­pre­neurs dif­fé­rents à chaque match.

Grâce à l’ar­ri­vée de Bpi­France, le club a, par ailleurs, ac­cès à la pla­te­forme Ac­tive-mee­tings.fr, où il pour­ra pro­po­ser à plus de 86 000 clients po­ten­tiels ses ins­tal­la­tions pour des sé­mi­naires ou des pro­mo­tions.

(LP/J.L..) (LP/Icon Sport/Nol­wenn Le Gouic et An­dré Fer­rei­ra.)

Jean Don­na­dieu et Pa­trice Bé­gay, di­rec­teur exé­cu­tif de Bpi­france. Comme Hu­go In­ver­niz­zi et les bas­ket­teurs de la JSF, les hand­bal­leurs d’Ivry (ici Pa­blo Simonet) af­fichent le lo­go Bpi­france sur leur maillot.

Nan­terre, mar­di soir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.