NA

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS ET SPECTACLES - E.B.

Londres, Ca­lo­ge­ro a chan­té « Un jour au mau­vais en­droit » alors que le pro­cès d’Echi­rolles ve­nait de com­men­cer. Ori­gi­naire de cette ville d’Isère où Ke­vin et So­fiane ont été lyn­chés à mort en sep­tembre 2012, le chan­teur ne pou­vait res­ter si­len­cieux sur ce drame. Le pro­cès d’Echi­rolles a dé­bu­té… CA­LO­GE­RO. Oui, je pense beau­coup aux fa­milles de Ke­vin et So­fiane, je leur en­voie des mes­sages de sou­tien. Ce doit être l’hor­reur. J’aime beau­coup Au­ré­lie et Mo­ha­med (NDLR : leurs pa­rents). J’ai de­man­dé leur au­to­ri­sa­tion pour uti­li­ser les pré­noms Heu­reu­se­ment que je dé­cide de tout ! On m’a dit : « T’es fou, le su­jet est sen­sible. C’est l’été, il faut une chan­son qui fasse sou­rire. » Ce­la m’exas­pé­rait. J’ai ré­pon­du : « J’en ai « Le Por­trait » aus­si, je crois. Quand j’étais môme, ja­mais je n’au­rais pu ima­gi­ner ce­la. Les profs di­saient à mes pa­rents : « Votre fils ne fe­ra rien de sa vie. » Ça donne de l’es­poir aux cancres (rires). « Tous les groupes qui m’ont in­fluen­cé sont an­glais »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.