Pour Pa­ris, la pro­me­nade de san­té conti­nue

Ligue 1. Nice - PSG 0-3. Après un coup de fa­tigue mar­di à An­gers et un nul sans sa­veur, le lea­deur pa­ri­sien re­prend sa course folle. Ce suc­cès en dé­pla­ce­ment as­soit en­core da­van­tage sa do­mi­na­tion.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - Nice (Alpes-Ma­ri­times) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux BER­TRAND MÉ­TAYER

LA SU­PRÉ­MA­TIE du PSG sur la Ligue 1 a quelque chose d’im­pres­sionn­nant, d’im­pla­cable, d’iné­luc­table. Hier soir, c’est Nice qui en a fait les frais. Ce n’est pas faute d’avoir es­sayé de bous­cu­ler l’ogre pa­ri­sien qui a par­fois sem­blé pa­taud ou sim­ple­ment fa­ti­gué en pre­mière pé­riode. Mais la jeunesse azu­réenne n’a pas été payé de ses ef­forts et se re­trouve dé­sor­mais à vingt points de son ad­ver­saire du soir.

Un gouffre qui im­pres­sionne au- tant qu’il ef­fraie tant l’écart entre le lea­deur pa­ri­sien et le reste de ses ad­ver­saires ap­pa­raît gi­gan­tesque. Car, même dans un jour où ils semblent moins tranchants, le Pa­ri­siens ont tou­jours suf­fi­sam­ment de ta­lent et le soup­çon de chance qui s’ac­croche aux grands joueurs pour se rendre les matchs fa­ciles.

Ibra ef­face Dahleb

Hier, c’est une sé­rie de re­bonds fa­vo­rables au mi­lieu de trois Ni­çois qui a per­mis à Ibra­hi­mo­vic de ré­cu­pé­rer le bal­lon pour ser­vir Ca­va­ni sur le pre­mier but. Ac­cro­ché par Hult au mo- ment de dou­bler la mise, le Sué­dois l’a fi­na­le­ment fait sur pe­nal­ty après l’ex­pul­sion lo­gique de son com­pa­triote. Un fait de jeu qui a an­ni­hi­lé tout sus­pense. « On avait l’in­ten­tion de ve­nir pour im­po­ser notre jeu, ce que l’on n’avait pas pu faire à An­gers, sa­voure Laurent Blanc, l’en­traî­neur pa­ri­sien. C’était im­por­tant de re­nouer avec la vic­toire. Mais aus­si avec notre phi­lo­so­phie. Je tiens d’ailleurs à rendre hom­mage à Nice d’avoir ou­vert le jeu même si, après l’ex­pul­sion, le match a per­du de son in­ten­si­té et de son in­té­rêt.»

En su­pé­rio­ri­té nu­mé­rique, Pa­ris n’avait plus de mal à tem­pé­rer les ar­deurs de Ni­çois qui ne pou­vaient plus comp­ter sur les ara­besques d’un Ha­tem Ben Ar­fa trop émous­sé et iso­lé. A dé­faut de l’an­cien Mar­seillais, le pu­blic a donc pu pro­fi­ter d’un autre joueur hors norme du cham­pion­nat. Au­teur de son dou­zième but de la sai­son en Ligue 1 sur une frappe croi­sée en force, Zla­tan Ibra­hi­mo­vic a pris seul la tête du clas­se­ment des bu­teurs. Il a aus­si ins­crit de nou­veau son nom dans le livre des re­cords du PSG.

Avec 87 réa­li­sa­tions en L 1, Ibra a dé­pas­sé l’an­cienne gloire du club Mus­ta­pha Dahleb (85 buts de 1974 à 1984). Pour réa­li­ser l’am­pleur du phé­no­mène, on rap­pel­le­ra juste qu’il avait fal­lu 268 matchs à l’at­ta­quant al­gé­rien pour ins­crire son to­tal quand son suc­ces­seur n’en compte que 103... « Avec lui, on sait que les re­cords ne sont qu’une ques­tion de temps, glisse Blanc. C’est un com­pé­ti­teur hors norme. Quand je vois que cer­tains mettent en doute ses qua­li­tés, je me dis que c’est mal connaître le football. »

Thia­go Sil­va, le ca­pi­taine du PSG, se montre très fa­vo­rable à une pro­lon­ga­tion de contrat de Zla­tan Ibra­hi­mo­vic, en fin de bail au mois de juin 2016. « Tout le monde se de­mande s’il va par­tir ou pas, avoue le dé­fen­seur bré­si­lien. J’es­père qu’il pour­ra res­ter avec nous, c’est un joueur in­dis­pen­sable. Il fait tou­jours la dif­fé­rence. »

(LP/Ar­naud Du­mon­tier.)

Al­lianz Ri­vie­ra (Nice), hier soir. Tout sou­rire, Edin­son Ca­va­ni (à g., au cô­té de Lay­vin Kur­za­wa) vient d’ou­vrir le score et met ain­si le PSG sur de bons rails.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.