Le SMS du pa­tron du PS : « Evi­tons la ca­co­pho­nie »

Face à la pous­sée at­ten­due du FN qui de­vrait re­lan­cer le dé­bat sur les moyens de faire bar­rage à l’ex­trême droite, la di­rec­tion du PS a don­né des consignes pour évi­ter toute ca­co­pho­nie.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - ÉRIC HACQUEMAND

GARDE À VOUS ! A la veille du pre­mier tour des élec­tions ré­gio­nales, le gou­ver­ne­ment et le PS se pré­parent de­main à une soi­rée po­ten­tiel­le­ment ex­plo­sive. C’est donc ver­rouillage à tous les étages pour évi­ter tout im­pair et, sur­tout, toute dis­so­nance.

Avant-hier, un SMS est par­ve­nu sur les por­tables de tous us les par­le­men­taires et têtes s de liste so­cia­listes des 13 su­per­ré­gions. « Il est de la plus haute im­por­tance que la soi­rée élec­to­rale ne soit pas l’oc­ca­sion d’une ca­co­pho­nie entre so­cia­listes », pré­viennent le pre­mier se­cré­taire du PS Jean-Ch­ris­tophe Cam­ba­dé­lis, le chef de file des dé­pu­tés Bru­no Le Roux et le pa­tron des sé­na­teurs PS Di­dier Guillaume. Trois « tau­liers » de la ma­jo­ri­té qui dans ce même mes­sage donnent leur consigne : « At­tendre le bu­reau na­tio­nal (NDLR : du par­ti) pour s’ex­pri­mer sur les ré­gions à risque fron­tiste. » En clair, pas de dé­cla­ra­tion intempestive avant que la di­rec­tion du PS et Ma­ti­gnon n’aient ana­ly­sé les résultats et phos­pho­ré sur la suite à y don­ner en vue du se­cond tour.

Les prin­ci­paux di­ri­geants so­cia­listes se réuni­ront au siège du PS vers 21 h 30. Dans les rangs du gou­ver­ne­ment, au­cune consigne écrite. Mais, in­dique un se­cré­taire d’Etat, « c’est tous aux abris ! ». Seuls Sté­phane Le Foll, porte-pa­role du gou­ver­ne­ment et Jean- Ma­rie Le Guen, se­cré­taire d’Etat char­gé des Re­la­tions avec le Par­le­ment, ont été au­to­ri­sés à se rendre sur les pla­teaux des jour­naux de 20 heures. « Des so­lides qui ne s’en­rhument pas quand on tousse sse fa­cee à eux ! » iro­nise un proche de Fran­çois Hol­lan- de. Les craintes du flot­te­ment, au mieux, du tu­multe, au pire, sont d’au­tant plus vives que Ma­nuel Valls n’est pas cer­tain de s’ex­pri­mer lui-même di­manche soir contrai­re­ment à ses ha­bi­tudes. « Tout va dé­pen dé­pendre de la si­tua­tion », in­dique son en en­tou­rage qui n’ex­clut pas une prise de pa­role du Pre­mier mi­nistre le len­de­main, une fois « le trav tra­vail po­li­tique » me­né dans la n nuit. No­tam­ment au­près des têtes de liste.

C Car face à un Front na­tion tio­nal an­non­cé avec des scor scores éle­vés, l’at­ti­tude du PS v va être scru­tée à la loupe. Re­trait ici, fu­sion de liste là ? Ou en­core main­tien coûte que coûte des cand can­di­dats ? : « Ce n’est pas chac cha­cun fait sa pe­tite po­pote d dans son coin, pré­vient Did Di­dier Guillaume. Nous avon avons be­soin de co­hé­rence et p pas d’une soi­rée free­style ! » Donc tant que les ré­sul- tats ne sont pas clairs, c’est « pas bou­ger ». Que ce soit face au Front na­tio­nal ou avec les par­te­naires de gauche (éco­lo­gistes et com­mu­nistes) en vue des al­liances pour le se­cond tour le 13 dé­cembre. La crainte du « sauve-qui-peut » voire du « cha­cun pour soi » plane. « Les élec­tions peuvent pous­ser les can­di­dats à l’aveu­gle­ment, pointe le dé­pu­té de l’Es­sonne Ma­lek Bou­tih. Un peu comme un spor­tif qui perd tout et veut conti­nuer à pé­da­ler. » L’au­to­ri­té de Valls et de Cam­ba­dé­lis est aus­si en jeu. Quant à Fran­cois Hol­lande, il se­ra comme d’ha­bi­tude à l’Ely­sée à sur­veiller les résultats et, pense un se­cré­taire d’Etat, « à tran­cher en der­nier res­sort ». Confi­dence d’un proche de Ma­nuel Valls : « Entre Sol­fe­ri­no, Ma­ti­gnon et l’Ely­sée, les té­lé­phones vont cré­pi­ter. »

« Nous avons be­soin de co­hé­rence et pas d’une soi­rée free­style ! » Di­dier Guillaume, pré­sident du groupe so­cia­liste au Sé­nat

.) ge ta on m to ho P ( (Si­pa/Cha­mus­sy/Ro­bert Alain.)

Avant-hier, un SMS est par­ve­nu sur les

por­tables de tous les par­le­men­taires et têtes de liste PS, si­gné par le pre­mier

se­cré­taire du PS Jean-Ch­ris­tophe Cam­ba­dé­lis (pho­to), le chef de file des

dé­pu­tés Bru­no Le Roux et le pa­tron des sé­na­teurs

PS Di­dier Guillaume.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.