Se­rait-ce ju­di­cieux de ré­mu­né­rer les in­di­ca­teurs du fisc ?

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR -

Mi­chal So­lin

consul­tant Ar­lon (Bel­gique) « Oui mais à court terme. Cette me­sure peut éven­tuel­le­ment ini­tier un mou­ve­ment ci­toyen, même si je trouve dom­mage qu’il faille en pas­ser par une ré­com­pense. Le meilleur moyen de lut­ter contre l’éva­sion fis­cale, ce se­rait tout sim­ple­ment d’agir à la source, en in­ci­tant les gens et les en­tre­prises à être en règle. L’Etat de­vrait ex­pli­quer da­van­tage à quoi servent les im­pôts. »

Ré­gis Au­bert

cadre Taverny (95) « Ab­so­lu­ment pas. Pour moi, ce­la s’ap­pelle de l’in­ci­ta­tion à la dé­la­tion. Ça me choque et c’est mal­sain car ce­la pour­rait don­ner lieu à des dé­rives. Le fisc re­çoit dé­jà des lettres ano­nymes de dé­non­cia­tion, alors si on se met à payer… Lut­ter contre la fraude fis­cale est né­ces­saire mais doit res­ter une pré­ro­ga­tive ré­ga­lienne de l’Etat. Cet ar­gent, mieux vau­drait l’al­louer aux agents du fisc pour ren­for­cer leurs moyens. »

Ma­rie-Lise Gar­deux

char­gée de mis­sion Nan­cy (54) « Je suis scep­tique. Sur le fond, je suis d’ac­cord avec le prin­cipe du lan­ceur d’alerte mais pas avec la ré­mu­né­ra­tion des in­di­ca­teurs. Ça me pa­raît dé­li­cat d’as­so­cier de l’ar­gent à un acte ci­toyen. Per­son­nel­le­ment, je ne le fe­rais pas. Je doute aus­si de l’ef­fi­ca­ci­té d’une telle ré­forme. Je ne vois pas com­ment un simple sa­la­rié pour­rait être mieux ar­mé qu’un ser­vice spé­cia­li­sé du fisc. »

Jean-Paul Qui­rin

re­trai­té Sé­les­tat (67) « C’est dis­cu­table. Je ne suis pas op­po­sé au prin­cipe de la dé­non­cia­tion, pour un meurtre ou des af­faires de moeurs, par exemple. Mais sur les im­pôts, je suis per­plexe. Je ne me ver­rais pas dé­non­cer un voi­sin ou un col­lègue. En re­vanche, je pense qu’il faut ef­fec­ti­ve­ment être sé­vère avec ceux qui se font at­tra­per. Cha­cun doit prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés et donc en as­su­mer les consé­quences. »

Mar­gue­rite Gui­resse

étu­diante Bayonne (64) « Pour­quoi pas, à condi­tion que ce soit très en­ca­dré. Ça ne peut pas se faire sans une pro­cé­dure stricte. C’est peu­têtre le moyen de sen­si­bi­li­ser les ci­toyens à ce fléau de l’éva­sion fis­cale — sur­tout dans un contexte où l’Etat a be­soin d’ar­gent — mais c’est mal­gré tout re­gret­table de de­voir en pas­ser par une ré­mu­né­ra­tion. C’est une so­lu­tion mais il y a sans doute mieux à faire. Il fau­dra voir si ça fonc­tionne avant d’al­ler plus loin. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.