Po­ker men­teur à la COP

Un brouillon d’ac­cord doit être dé­po­sé ce mi­di sur le bu­reau de Fa­bius. Hier soir, on était loin du compte.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - ÉMI­LIE TORGEMEN ET FRÉ­DÉ­RIC MOUCHON PHI­LIPPE MARTINAT

LAURENT FA­BIUS un fouet à la main hur­lant « hue co­cotte » à trois es­car­gots sym­bo­li­sant des… né­go­cia­teurs du som­met sur le cli­mat de l’ONU. Cette ca­ri­ca­ture pa­rue au­jourd’hui sur Twit­ter ré­sume as­sez bien le casse-tête au­quel le pré­sident de la COP21 est confron­té.

Avant mi­di au­jourd’hui, un brouillon d’ac­cord doit être dé­po­sé sur son bu­reau. C’est à par­tir de ce texte que les mi­nistres des 195 Etats réunis au Bourget tra­vaille­ront la se­maine pro­chaine pour fi­na­li­ser, le 11 dé­cembre, un ac­cord contrai­gnant de ré­duc­tion des gaz à ef­fet de serre. La course au com­pro­mis s’ac­cé­lère. Hier ma­tin, deux ver­sions de texte cir­cu­laient : la pre­mière com­pi­lant des cen­taines d’op­tions pro­po­sées par les pays en fonc­tion de leurs in­té­rêts, la se­conde in­té­grant des pro­po­si­tions de com­pro­mis sug­gé­rées par les fa­ci­li­ta­teurs.

Des ten­sions sub­sistent

A 15 heures, tous les pays sont fi­na­le­ment tom­bés d’ac­cord pour tra­vailler sur le se­cond texte. « Un beau tra­vail de sim­pli­fi­ca­tion a per­mis de di­vi­ser par deux le nombre de phrases entre cro­chets (sy­no­nymes de désac­cords) qui sont pas­sées de 1 400 à 750 », sa­lue la Fon­da­tion Hu­lot.

Les am­bas­sa­deurs aux badges roses, seuls ha­bi­li­tés à ac­cé­der aux salles of­fi­cielles, ne dorment presque plus de­puis mer­cre­di. Mais les ten- sions res­tent nom­breuses. Les pays en dé­ve­lop­pe­ment ré­clament un sou­tien fi­nan­cier pour s’adap­ter au chan­ge­ment cli­ma­tique. Le dé­lé­gué bo­li­vien, Juan Hoff­meis­ter, s’est dit hier « pro­fon­dé­ment in­quiet », dé­non­çant la « mau­vaise foi » des na­tions les plus riches qui re­chignent à mettre la main au porte-mon­naie. Autre point de blo­cage : com­ment contrô­ler les pro­messes de ré­duc­tion de la pol­lu- tion des na­tions ? « En­trer dans une lo­gique de sanc­tion n’est pas fai­sable », es­time la mi­nistre de l’Eco­lo­gie, Sé­go­lène Royal. « On est à mi-che­min de la COP21, mais on n’a pas en­core fait la moi­tié du che­min pour par­ve­nir à un ac­cord », s’in­quiète JeanF­ran­çois Jul­liard, de Green­peace.

« La pre­mière se­maine est tou­jours celle des pos­tures et les né­go­cia­tions sont un jeu de po­ker men­teur entre les pays qui pèsent le plus, dé­crypte Alix Ma­zou­nie, du Ré­seau Ac­tion Cli­mat. Ils n’abat­tront leurs cartes qu’au der­nier mo­ment. On ver­ra alors si les dis­cours des chefs d’Etat lun­di se concré­tisent ou s’ils étaient juste là pour faire une belle pho­to de famille. » n L’EX­PO­SI­TION « So­lu­tions COP21 », l’un des seuls évé­ne­ments grand pu­blic main­te­nus en marge de la COP, a ou­vert ses portes hier au Grand Pa­lais, avec une pre­mière jour­née per­tur­bée. Plu­sieurs ONG avaient or­ga­ni­sé une fausse vi­site pour dé­non­cer « la bonne conscience verte » que s’achètent, d’après elles, les en­tre­prises par­ti­ci­pantes. « Une tren­taine de ma­ni­fes­tants ont été re­pous­sés du Grand Pa­lais puis contrô­lés», in­dique une source po­li­cière.

LONG FOR­MAT

le­pa­ri­sien.fr

Notre site dé­dié à la COP21 Les mille maires du monde, réunis hier à Pa­ris par Anne Hi­dal­go et Mi­chael Bloom­berg, ex-maire de New York et en­voyé spé­cial de l’ONU pour le cli­mat, ont adres­sé un si­gnal fort à la COP21. Sou­te­nus par Ro­bert Red­ford et Leo­nar­do DiCa­prio, les re­pré­sen­tants de 600 mil­lions d’ur­bains s’en­gagent sur un ob­jec­tif de 100 % d’éner­gies re­nou­ve­lables et une ré­duc­tion de 80 % des gaz à ef­fet de serre d’ici à 2050. Comme tous ses col­lègues maires de grandes mé­tro­poles — la sienne, Séoul, compte 10 mil­lions d’ha­bi­tants — le Co­réen Park Won­soon a bien conscience de jouer un rôle clé dans la lutte contre le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique. La ca­pi­tale co­réenne, qui a re­çu en 2013 un Award des Na­tions unies pour son pro­gramme de ré­duc­tion de la consom­ma­tion d’éner­gie et d’émis­sion de car­bone, fait par­tie des pion­nières. « C’est grâce à la par­ti­ci­pa­tion des ci­toyens que nous avons réus­si, ces trois der­nières an­nées, à éco­no­mi­ser l’équi­valent de la production d’une cen­trale nu­cléaire », in­dique Park Won-soon. Le pro­gramme Eco-Mi­leage in­cite par­ti­cu­liers et en­tre­prises à op­ti­mi­ser et à ré­duire leur consom­ma­tion d’éner­gie. « Nous nous ap­puyons sur plus de 10 000 étu­diants am­bas­sa­deurs du cli­mat pour in­ci­ter les gens à équi­per leurs toits et leurs fe­nêtres de pan­neaux so­laires. » Les ha­bi­tants qui par­viennent à ré­duire d’au moins 10 % leurs émis­sions de gaz à ef­fet de serre re­çoivent des points qui leur per­mettent de s’équi­per en am­poules led ou en ap­pa­reils à basse consom­ma­tion d’éner­gie. Un cycle ver­tueux. La mé­tro­pole co­réenne double ac­tuel­le­ment ses éco­no­mies d’éner­gie.

(DR.)

Pa­ris, hier. Le maire de Séoul, Park Won-soon, a fait de sa ville une pion­nière de la ré­duc­tion de consom­ma­tion d’éner­gie et d’émis­sion de car­bone.

Le Bourget (Seine-Saint-De­nis), mer­cre­di. Les par­ti­ci­pants à la COP21 en­chaînent les réunions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.