Jo­na­than Dan­ty a tout pré­vu

Top 14.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - DA­VID OPOCZYNSKI

CETTE ANEC­DOTE en dit long. Dé­but 2013, quand Gon­za­lo Que­sa­da, en­core en­traî­neur du Ra­cing, s’ap­prête à re­joindre le Stade Fran­çais, Jo­na­than Dan­ty est le pre­mier joueur qu’il contacte en cou­lisse. « Je vou­lais lui dire que je connais­sais son par­cours et que je comp­tais sur lui, ra­conte le ma­na­geur au su­jet du joueur qui se­ra ali­gné ce soir au centre de l’at­taque pa­ri­sienne contre Bor­deaux. Je vou­lais vrai­ment m’ap­puyer sur tous ces jeunes pa­ri­siens for­més au club, ou pas loin, pour don­ner une iden­ti­té. » A son ar­ri­vée, Que­sa­da n’est pas dé­çu. « J’ai dé­cou­vert un su­per gar­çon, avec une hu­mi­li­té, une in­no­cence, une gen­tillesse ex­trêmes, souffle-t-il. Il est très ap­pré­cié par tout le monde. C’est lui qui se prend le moins la tête. Mais, der­rière son sou­rire, on de­vine quand même bien ses am­bi­tions. »

A 23 ans, Dan­ty ne manque ef­fec­ti­ve­ment pas de pro­jets. Sur et hors ter­rain. Spor­ti­ve­ment, le Pa­ri­sien compte sur sa puis­sance dé­fen­sive et of­fen­sive, ain­si que sur ses qua­li­tés de grat­teur de bal­lons, pour se voir of­frir une place en équipe de France. Après avoir failli être l’in­vi­té sur­prise de la liste de Phi­lippe Saint-An­dré pour la Coupe du monde, il peut lé­gi­ti­me­ment am­bi­tion­ner de faire par­tie de l’ère No­vès. Sur­tout avec la pré­sence dans le staff tri­co­lore de Jeff Du­bois, son an­cien en­traî­neur au Stade Fran­çais. « J’es­père re­trou­ver mon ni­veau avant la liste mi-jan­vier pour pou­voir pos­tu­ler à un truc qui pour­rait être gé­nial », glisse-t-il.

Il ima­gine sa re­con­ver­sion dans le sec­teur im­mo­bi­lier

En at­ten­dant de voir sa car­rière in­ter­na­tio­nale dé­col­ler, le jeune cham­pion de France a dé­ci­dé de se prendre en main cô­té cou­lisse. « J’ai fait une de­mande d’ins­crip­tion pour un BTS pro­fes­sions im­mo­bi­lières par cor­res­pon­dance, confie-t-il. Je ne re­grette pas du tout d’avoir choi­si le rug­by plu­tôt que les études, mais je me dis que main­te­nant, mal­heu­reu­se­ment, ça peut se fi­nir dès de­main, comme dans dix ou quinze ans. On n’est pas à l’abri d’une grosse bles­sure ou de com­mo­tions à ré­pé­ti­tions. »

Après dis­cus­sion avec sa co­pine, en école d’in­gé­nieurs, Jo­na­than Dan­ty s’est lan­cé un nou­veau dé­fi res­pon­sable. « Même si ça pren­dra un peu de temps chaque se­maine, je pré­fère suivre mes cours sur In­ter­net plu­tôt que de jouer à la PlayS­ta­tion comme je l’ai fait pen­dant cinq ans », lance-t-il dans un sou­rire. Mais pour­quoi le sec­teur im­mo­bi­lier ? « J’ai fait un stage en agence et ça m’avait pas mal plu, ex­plique-t-il. En­suite, une conseillère d’orien­ta­tion m’a par­lé de l’im­mo­bi­lier dans les so­cié­tés et chez les pro­mo­teurs. C’est un su­jet qui m’a in­té­res­sé aus­si parce que jus­te­ment je ne le maî­tri­sais pas. C’est un peu con mais j’ai failli ache­ter des ap­par­te­ments par des pro­mo­teurs et fi­na­le­ment ce n’était vrai­ment pas un bon plan. Donc là, au moins, je se­rai brie­fé ! »

En rai­son du dis­po­si­tif de sécurité ren­for­cé, le club re­com­mande aux spec­ta­teurs d’ar­ri­ver dès l’ou­ver­ture des portes, à 17 heures. Les sacs (su­pé­rieurs à 25 x 25 cm) et les casques sont in­ter­dits.

VI­DÉO

le­pa­ri­sien.fr Dan­ty dit son émo­tion de re­jouer pour la 1re fois à Pa­ris de­puis les at­ten­tats

Pa­ris, mer­cre­di. Jo­na­than Dan­ty, centre du Stade Fran­çais, se­ra ti­tu­laire au­jourd’hui contre Bor­deaux. Et alors qu’il peut lé­gi­ti­me­ment pos­tu­ler chez les Bleus, le jeune homme de 23 ans se montre pré­voyant en fai­sant une de­mande d’ins­crip­tion pour un BTS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.