A 20 ans, sa vie est un roman

Coupe de France (8e tour).

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - STÉ­PHANE CORBY

IL N’A PAS L’AGEN­DA d’un foot­bal­leur ama­teur. Mar­di, Bayan Mahmud a tra­ver­sé la France pour une séance de dé­di­caces du cô­té de Nantes (Loire-At­lan­tique). Car le nou­veau mi­lieu de ter­rain dé­fen­sif du Blanc-Mes­nil (DH) n’est pas un gar­çon comme les autres. A bien­tôt 21 ans, le jeune homme au pas­sé peu or­di­naire a dé­jà ra­con­té son his­toire dans un livre pu­blié en 2014*.

Sa vie bas­cule lorsque le ga­min de Bu­kaw (Gha­na) dé­couvre ses pa­rents as­sas­si­nés au re­tour d’une par­tie de foot. Il n’a alors que 10 ans et la guerre eth­nique fait rage dans son pays. Bayan, le Ku­sa­sis, va connaître l’or­phe­li­nat, su­bir la vio­lence des at­taques des Mam­pru­sis qui le sé­parent un jour de Mun­ta­la, son grand frère. A 15 ans, il quitte l’Afrique en se ca­chant dans la cale d’un ba­teau qu’il croit en par­tance pour l’Eu­rope. Le car­go jette l’ancre trois se­maines plus tard dans le port de Bue­nos Aires, en Ar­gen­tine !

nOr­phe­lin à 10 ans, clan­des­tin à 15 ans…

Après des mois de ga­lère, le pas­sa­ger clan­des­tin qui « ne sait jouer qu’au foot » tape dans l’oeil des re­cru­teurs lors d’un match de quar­tier. Il passe des tests et in­tè- gre l’Aca­dé­mie des jeunes de Bo­ca Ju­niors, le club de Ma­ra­do­na. Le cours de sa vie change. « J’ai gra­vi les éche­lons mais ja­mais joué en équipe pre­mière », concède ce­lui qu’on ap­pe­lait El Ne­gro et qui a ac­quis la na­tio­na­li­té ar­gen­tine.

Les té­lé­vi­sions se l’ar­rachent pour qu’il ra­conte son his­toire. Nike lui offre un contrat de trois ans contre 66 000 pe­sos ( en­vi­ron 6 200 € à l’époque). Le ven­deur à la sau­vette est re­con­nu dans la rue, mais aus­si dans les tri­bunes de la Bom­bo­ne­ra, le stade de l’ins­ti­tu­tion Bleue et Jaune. Il en est la co­que­luche. C’est ain­si que la jour­na­liste fran­çaise Ami­ra Soui­lem le re­père. Elle tra­verse à son tour l’At­lan­tique pour lui pro­po­ser de pu­blier son odys­sée. Le bou­quin sort dé­but 2014 et l’amène pour la pre­mière fois à Pa­ris. Son idole Mar­cel De­sailly, ori­gi­naire comme lui du Gha­na, signe la pré­face. « Rien ne me pré­dis­po­sait, moi l’en­fant d’Ac­cra, à de­ve­nir ca­pi­taine de l’équipe de France, écrit le cham­pion du monde 1998. Rien ne pré­dis­po­sait Bayan, le ga­min de Baw­ku, à ral­lier les rangs du Bo­ca Ju­niors. Bayan était condam­né à som­brer ou à per­cer. Il a choi­si, au prix de nom­breux ef­forts et sa­cri­fices, la deuxième op­tion. »

nDe Bo­ca Ju­niors au Blanc-Mes­nil

Au­jourd’hui, c’est en Seine-SaintDe­nis qu’on re­trouve l’an­cien es­poir de Bo­ca. L’aven­ture à Bue­nos Aires ache­vée, il se voit au som­met de l’Eu­rope. Après des es­sais à Ha­novre (Al­le­magne) et Troyes (L 1), Bayan s’est pour l’ins­tant po­sé au Blanc-Mes­nil. Il est là en cou­veuse, sur les conseils de Hai­kel Drine, ami d’Ami­ra Soui­lem et de Ka­mel Aït-Khei­ra, l’an­cien pré­sident du club du 93. « Il a d’abord be­soin de re­trou­ver son ni­veau de Bo­ca, pré­cise son tu­teur Hai­kel Drine. C’est un trem­plin vers un éven­tuel contrat pro. » « Si­gner dans un grand club eu­ro­péen, c’est tou­jours mon rêve, ap­puie le mi­lieu dé­fen­sif. Je mange foot, je res­pire foot, je vis foot. » Sur son pas­sé, Bayan se veut dé­sor­mais dis­cret. Tout juste concède-t-il que « les épreuves de la vie ont fait de (lui) pré­ma­tu­ré­ment un adulte… »

« De­puis que j’ai lu son livre, je le re­garde dif­fé­rem­ment, confie Alain Mbo­ma, son en­traî­neur au Blanc-Mes­nil. Son his­toire force le res­pect. » A ceux qui s’étonnent de sa joie de vivre compte te­nu des épreuves tra­ver­sées, Bayan ré­pond qu’il la doit « à Ba­ba, l’homme au sou­rire éter- nel » et chef de son an­cien or­phe­li­nat. Au Blanc-Mes­nil, tout le monde l’aime. « C’est une sorte d’ange », jus­ti­fie en­core ses proches. Un ange prêt à vo­ler de ses propres ailes sur­tout si la Coupe de France le ré­vèle balle au pied. Son club est en ef­fet à 90 mi­nutes d’un 32e de fi­nale. Et donc d’un po­ten­tiel choc avec le PSG ou un autre club de Ligue 1… En­tre­temps, Bayan au­ra cé­lé­bré, le 1er jan­vier pro­chain, le deuxième an­ni­ver­saire des re­trou­vailles avec Mun­ta­la. Son frère re­pé­ré via Fa­ce­book au Gha­na. « Le plus beau jour de ma vie. » Jusque-là… * « Le Jeu du des­tin », de Bayan Mahmud et Ami­ra Soui­lem. Edi­tions Mi­chel La­fon. 224 pages, 17,95 €.

(AFP ; LP/Icon Sport/Maxime Tran­chand.)

Stade de la Bom­bo­ne­ra (Bue­nos Aires), oc­tobre 2013. Bayan Mahmud a été le deuxième Afri­cain (après le Ca­me­rou­nais Tcha­mi) à por­ter les cou­leurs du Bo­ca Ju­niors, le po­pu­laire club de la ca­pi­tale ar­gen­tine. Au­jourd’hui, il a en­fi­lé la tu­nique du Blanc-Mes­nil dans l’es­poir de per­cer un jour en Eu­rope.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.