Guerre des loges à l’Opé­ra

Le ré­amé­na­ge­ment du my­thique Opé­ra Gar­nier, qui fait po­lé­mique, vient d’être confir­mé par la jus­tice. Les op­po­sants ne désarment pas.

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS ET SPECTACLES - CH­RIS­TOPHE LEVENT

TEM­PÊTE sur le pres­ti­gieux Opé­ra Gar­nier. De­puis plu­sieurs se­maines, à coups de pé­ti­tions, de dé­cla­ra­tions et de ré­fé­rés, as­so­cia­tions de sau­ve­garde du pa­tri­moine et di­rec­tion s’op­posent sur des tra­vaux dans les loges de ce mo­nu­ment his­to­rique, oeuvre de Charles Gar­nier inau­gu­rée en 1875. Der­nier épi­sode en date de cette guerre des loges : le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif a dé­bou­té jeu­di les op­po­sants aux trans­for­ma­tions de cette salle my­thique.

L’af­faire dé­bute dé­but no­vembre, quand le ma­ga­zine « Connais­sance des arts » dé­nonce une « trans­for­ma­tion scan­da­leuse des loges ». Si­tuée sur quatre ni­veaux tout au­tour de l’or­chestre, elles sont sé­pa­rées de­puis l’ori­gine par des cloi­sons. En août, la di­rec­tion de l’Opé­ra a fait dis­pa­raître ces murs, avec pour ob­jec­tif de les rem­pla­cer par des cloi­sons ré­trac­tables. Lors des re­pré­sen­ta­tions, 30 nou­velles places se­raient ain­si dis­po­nibles. Re­cette sup­plé­men­taire es­ti­mée à l’an­née : 300 000 €.

Une pé­ti­tion à 32000 si­gna­tures

Presque aus­si­tôt, des as­so­cia­tions de dé­fense du pa­tri­moine, comme la So­cié­té pour la pro­tec­tion des pay­sages et de l’es­thé­tique de la France (Sp­pef), ré­agissent. Via un site In­ter­net, lan­cé par le cri­tique de mu­sique Syl­vain Fort, une pé­ti­tion re­cueille plus de 32 000 si­gna­tures et un co­mi­té Gar­nier est créé. L’an­cien di­rec­teur de l’en­droit dans les an­nées 2000, Hugues Gall, signe même dans la presse une vi­brante chro­nique in­ti­tu­lée « Les van­dales ne sont pas qu’à Pal­myre » !

Le di­rec­teur ac­tuel, Sté­phane Liss­ner, se dé­fend en ex­pli­quant que ces tra­vaux sur les cloi­sons « étaient d’abord né­ces­saires en rai­son de leur vé­tus­té » et qu’en de­hors des spec­tacles, les « cloi- sons re­pren­dront leur place et l’ap­pa­rence de la salle ne se­ra en rien mo­di­fiée. On ne change donc pas l’ar­chi­tec­ture ». Et de conclure en ju­geant « cette po­lé­mique un peu exa­gé­rée ».

Le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif semble l’avoir sui­vi. Jeu­di, il a re­je­té la re­quête en ré­fé­ré des op­po­sants aux tra­vaux, qui ré­cla­maient la re­mise en état du lieu. Les mo­di­fi­ca­tions « vont donc être pour­sui­vies », a an­non­cé l’Opé­ra.

Les dé­fen­seurs du pa­tri­moine ne désarment pas pour au­tant. « Cette dé­ci­sion a fi­na­le­ment du bon. Elle a obli­gé la Drac (NDLR : Di­rec­tion ré­gio­nale des af­faires cultu­relles) à re­con­naître qu’elle n’avait pas don­né d’au­to­ri­sa­tion en août, quand les tra­vaux ont eu lieu, mais en ca­tas­trophe le 24 no­vembre. Ces tra­vaux n’étaient donc pas lé­gaux et nous al­lons pou­voir de nou­veau les at­ta­quer, es­time Syl­vain Fort. Il n’est pas ques­tion d’aban­don­ner. Cer­tains peuvent trou­ver notre com­bat un peu ri­di­cule. Mais je crois que Gar­nier, plus qu’une salle d’opé­ra, est un lieu de mé­moire. Et on ne traite pas un lieu de mé­moire comme un par­king Vin­ci ! » Vi­si­ble­ment, la guerre des loges ne fait que com­men­cer.

(DR.)

Au coeur du conflit, le rem­pla­ce­ment des cloi­sons entre les loges par des élé­ments ré­trac­tables qui per­mettent d’ajou­ter 30 places lors des re­pré­sen­ta­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.