Lu­cien Clergue, le maître d’Arles

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS ET SPECTACLES - CH­RIS­TOPHE LEVENT

EN 1961, le Mu­seum of Mo­dern Art de New York (Moma) ex­pose un jeune pho­to­graphe fran­çais, en­core presque in­con­nu chez nous. Lu­cien Clergue (1934-2014) n’a alors que 27 ans. Le Grand Pa­lais à Pa­ris met en lu­mière l’im­mense ta­lent de cet au­to­di­dacte, avec plus de 250 ti­rages noir et blanc mais aus­si de nom­breuses planches-contacts. Mise en scène par le cou­tu­rier Ch­ris­tian La­croix, vieil ami, l’ex­po­si­tion re­vient aux ra­cines de l’oeuvre, ar­dem­ment ins­pi­rée par Arles et la Ca­margue.

Dans cette lu­mière du Sud, Lu­cien Clergue ma­gni­fie les danses et pro­ces­sions gi­tanes des Saintes-Ma­riesde-la-Mer, im­mor­ta­lise les mains du gui­ta­riste Ma­ni­tas de Pla­ta, sa­cra­lise la mise à mort du tau­reau. En 1969, il crée dans sa ville les Ren­contres in­ter­na­tio­nales de pho­to­gra­phies, fes­ti­val ma­jeur de l’image.

Noire poé­sie

L’ori­gi­na­li­té de son tra­vail tient aus­si à son his­toire per­son­nelle, re­tra­cée à tra­vers de nom­breuses vi­déos. Alors qu’il a 10 ans, sa mai­son est dé­truite par les bombes des Al­liés. Sa mère, qui l’élève seule et rêve qu’il soit ar­tiste, tombe ma­lade. Il passe des an­nées à s’oc­cu­per d’elle jus­qu’à sa mort en 1952. Cette pé­riode dou­lou­reuse in­fluence ses images. Ses pre­mières sé­ries sont consa­crées à des ruines ; les sui­vantes, qu’il bap­tise « Cha­rognes », à des ca­davres d’oiseaux, de chats, de pois­sons im­mor­ta­li­sés sur des plages ou au bord du Rhône. Em­preints d’une noire poé

np­di­rectlp_ sie, ces cli­chés sé­duisent Pi­cas­so. Le jeune homme avait pré­sen­té quelques ti­rages au peintre, à la sor­tie d’une cor­ri­da. Leur ami­tié dure vingt ans et donne lieu à de nom­breux cli­chés. Le pho­to­graphe as­seoit fi­na­le­ment sa no­to­rié­té grâce à ses nus. Il y glo­ri­fie des femmes vo- lup­tueuses, dé­bor­dantes d’éner­gie. Belle fa­çon d’exor­ci­ser ses dé­mons.

au Grand Pa­lais (Pa­ris VIIIe) jus­qu’au 15 fé­vrier. Du jeu­di au lun­di de 10h à 20h. Le mer­cre­di jus­qu’à 22 h. Ta­rif : 10 €.

(Ate­lier Lu­cien Clergue.)

Ins­pi­ré par les lu­mières du Sud, le pho­to­graphe ca­mar­guais est cé­lèbre pour ses nus, comme ce­lui-ci, de 1966, ti­ré du livre «Née de la vague»,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.