La mi­ni-ré­vo­lu­tion des im­meubles sans par­king

Le Parisien (Paris) - - PARIS - CÉ­LINE CAREZ

C’EST TEN­DANCE… La Ville lance des im­meubles neufs sans par­king pour Pa­ri­siens sans voi­ture ! Le 18 dé­cembre, les pro­prié­taires vien­dront cher­cher la clé de leur nou­vel ap­par­te­ment du 100, rue Leib­niz (XVIIIe). La mai­rie so­cia­liste l’a inau­gu­ré jeu­di, en marge de la COP21, en pré­sence de Ian Bros­sat, l’ad­joint (PCF) au lo­ge­ment d’Anne Hi­dal­go.

Cet im­meuble est une pe­tite ré­vo­lu­tion et une en­torse au plan lo­cal d’ur­ba­nisme (PLU). « Nor­ma­le­ment », le PLU contraint les pro­mo­teurs à créer une place de sta­tion­ne­ment par tranche de 100 m² de lo­ge­ment. « On sait, pré­cise Ian Bros­sat, que cette dis­po­si­tion est un frein à la construc­tion. » Les par­kings aug­mentent de 8 % le coût de production et, au fi­nal, le prix de vente.

De moins en moins de Pa­ri­siens ont une voi­ture

Sans comp­ter que le mode de vie des Pa­ri­siens a chan­gé. En té­moignent les chiffres de l’In­see. En 2007, 41 % des mé­nages pos­sé­daient une voi­ture. En 2012, ils ne sont plus que 38 %. En 2013, la loi Du­flot, pour booster la construc­tion, a au­to­ri­sé les pro­mo­teurs à dé­ro­ger à l’obli­ga­tion par­king. Nexi­ty n’a pas bou­dé la dé­ro­ga­tion. « Les 25 ap­par­te­ments, du stu­dio au 5 pièces, se sont bien ven­dus à 8 500 €/m2 en moyenne, en neuf mois », sa­voure Ya­nick Qué­mé­ras.

Le pré­sident Nexi­ty Pa­ris avoue ce­pen­dant « avoir eu des doutes au dé­but. On n’avait ja­mais ven­du un pro­gramme sans par­king ». Le pro­mo­teur a quand même pro­po­sé des places de sta­tion­ne­ment à cô­té, à la lo­ca­tion, pour ceux qui le sou­hai­taient. « Presque tous ont dé­cli­né l’offre. » Par­mi ces ac­qué­reurs, Laurent, 44 ans, sans voi­ture, a ache­té un 4 pièces avec trois ter­rasses… 811 000€. « Ce­la fai­sait un an et de­mi que je cher­chais. Ceux qui m’étaient pro­po­sés avec par­king coû­taient 25 000€ de plus. »

Reste que la Ville ne compte pas en res­ter là. « Nous al­lons mo­di­fier le PLU en dé­but d’an­née au Con­seil de Pa­ris », pré­vient Ian Bros­sat, his­toire d’of­fi­cia­li­ser la ten­dance… n Il y a comme une odeur de ré­sine au royaume de Run­gis (Val-deMarne). Le plus grand mar­ché de pro­duits frais d’Eu­rope vient de se faire en­va­hir par des hordes de sa­pins, avant de par­tir à la conquête des fleu­ristes et des grandes sur­faces du pays. Au to­tal, pas loin de 400 000 ré­si­neux vont tran­si­ter par le mar­ché de Run­gis en moins d’un mois. « C’est sur­tout les deux pre­mières se­maines de dé­cembre, la pé­riode chaude », lâche Marc Stee­ne­brug­gen, gé­rant de Fran­sa­pins, le plus gros ven­deur du mar­ché. « En 3 se­maines on fait 95 % de notre chiffre d’af­faires ! », abonde Jo­na­than Ri­gaux, à la tête des Producteurs creu­sois, qui va écou­ler au moins 60 000 pièces à Run­gis. « Cette an­née c’est par­ti­cu­lier, avec les at­ten­tats, on ne sait pas si les gens vont beau­coup en ache­ter », s’in­ter­rogent tou­te­fois Cé­lia et Sas­san, fleu­ristes du XXe ar­ron­dis­se­ment ve­nus s’ap­pro­vi­sion­ner à Run­gis.

Ce bâ­ti­ment de la rue Leib­niz (XVIIIe) est l’un des pre­miers du genre à Pa­ris.

(LP/Q.L.)

Run­gis (Val-de-Marne), le 28 no­vembre. Jo­na­than Ri­gaux fait par­tie des nom­breux producteurs d’arbres mis à contri­bu­tion pour les fêtes de fin d’an­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.