Le prêt ré­vi­sable au­jourd’hui moins in­té­res­sant nDe­puis

Le Parisien (Paris) - - ACTUALITÉ -

près de deux ans, les ob­ser­va­teurs ne cessent de pré­dire une re­mon­tée im­mi­nente des taux d’in­té­rêt. Or, à part un lé­ger fré­mis­se­ment cet été, force est de consta­ter que celle-ci n’a tou­jours pas eu lieu. Se­lon le cour­tier en prêts im­mo­bi­liers Vous­fi­nan­cer.com, une tren­taine de banques ont même di­mi­nué les leurs ces jours-ci. Les der­nières baisses consta­tées dé­but dé­cembre, pour­suit le cour­tier, vont de 0,05 % à 0,20 %, se­lon les pro­fils et les du­rées de prêts, ra­me­nant cer­tains taux à leur ni­veau his­to­ri­que­ment bas du dé­but de l’an­née 2015. Rap­pe­lons qu’après des dé­cen­nies de baisse des taux pra­ti­que­ment in­in­ter­rom­pue, un par­ti­cu­lier peut au­jourd’hui em­prun­ter au­tour de 2 % en moyenne sur quinze ans. S’il bé­né­fi­cie d’un so­lide ap­port per­son­nel (à par­tir de 20 % du mon­tant de son achat) et de hauts re­ve­nus, il peut même em­prun­ter à moins de 2 %. Au­tant dire que, dans ces condi­tions, un prêt à taux va­riable, avec le risque de la re­mon­tée de ce­lui-ci, n’ap­pa­raît plus per­ti­nent à beau­coup d’em­prun­teurs po­ten­tiels.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.