« Evi­ter des morts in­utiles »

Le Parisien (Paris) - - ACTUALITÉ - La Voulte-sur-Rhône (Ar­dèche) De notre en­voyé spé­cial JEAN-MARC DUCOS

C’ÉTAIT une très belle jour­née, fin oc­tobre 2008. Un di­manche lu­mi­neux après un coup de mis­tral qui net­toie le ciel. Ce jour-là, en mi­lieu d’après-mi­di, Fa­bio Bu­ta­li, 24 ans, spor­tif ac­com­pli, a hé­si­té entre faire de l’es­ca­lade et un par­cours à vé­lo tout-ter­rain. Il a choi­si la se­conde op­tion pour rou­ler à tra­vers les che­mins buis­son­neux de la dent de Retz, sur les hau­teurs du vil­lage de La­gorce (Ar­dèche), en com­pa­gnie d’un ami de tou­jours, Si­mon Del­lis. Au même mo­ment, Fran­çois La­pergue se pré­pare à ti­rer sur « un san­glier ». C’est Fa­bio Bu­ta­li qui pren­dra la balle sur le cô­té du tho­rax. Les pan­neaux « chasse en cours » étaient dis­si­mu­lés par la vé­gé­ta­tion. Il mour­ra en quelques mi­nutes dans les bras de Si­mon, désem­pa­ré. Mo­nique Bu­ta­li, 71 ans, la mère de Fa­bio, le der­nier de ses cinq en­fants, elle, avoue « ne plus al­ler de­puis long­temps en fo­rêt le di­manche de­puis le drame » mais plaide sur­tout « pour un meilleur par­tage du ter­ri­toire de chasse » et se de­mande « s’il ne se­rait pas op­por­tun d’in­ter­dire la chasse le di­manche » pour évi­ter des « morts stu­pides ».

« Les chas­seurs confisquent les fo­rêts aux pro­me­neurs. Un mil­lion et de­mi de chas­seurs prennent en otage soixante mil­lions de Fran­çais du­rant la sai­son de chasse. On ne peut plus conti­nuer comme ce­la et res­ter sur un mo­dèle fi­gé. C’est un loi­sir à hauts risques pour eux-mêmes et les autres », pré­vient Mo­nique Bu­ta­li, éner­gique re­trai­tée qui se re­fuse à faire ce­pen­dant « le pro­cès de la chasse ». Et pour­tant, lors du pro­cès de Fran­çois La­pergue qui a te­nu son pre­mier fu­sil à 14 ans, ce chas­seur en cause dans la mort de son fils, elle a dû af­fron­ter « le dé­dain et le mé­pris » de cet homme ar­ri­vé « avec une che­mise ha­waïenne à l’au­dience ». Le chas­seur im­pru­dent a été condam­né à deux ans de pri­son avec sur­sis et une in­ter­dic­tion du per­mis pour cinq ans et une amende de 1 000 €. Il n’a ja­mais ex­pri­mé le moindre re­gret.

« La haine ne sert à rien. Ça vous dé­truit vous et pas les autres », a choi­si pour cre­do Mo­nique pour « faire face au cha­grin ». La mort d’un étu­diant en géo­gra­phie, tué par un chas­seur à Re­vel (Isère) au cours du mois d’oc­tobre, a ra­vi­vé de sombres sou­ve­nirs pour cette femme qui re­voit ar­ri­ver chez elle dans la soi­rée « deux ad­joints » de la mai­rie de La Voulte. « J’ai cru qu’il avait eu un ac­ci­dent de la cir­cu­la­tion. Je l’at­ten-

« J’en veux sur­tout aux chas­seurs qui ne prennent pas de pré­cau­tions et ou­blient les règles élé­men­taires de sécurité »

dais dans la soi­rée. J’ai gar­dé mon sang-froid pour res­ter droite », té­moigne Mo­nique. Les gen­darmes lui ont ex­pli­qué que les mé­de­cins du Samu ont ten­té pen­dant 45 mi­nutes de ra­ni­mer le jeune homme. En vain.

« J’en veux sur­tout aux chas­seurs qui ne prennent pas de pré­cau­tions et ou­blient les règles élé- men­taires de sécurité. C’est comme la conduite dan­ge­reuse sur route. Une voi­ture est une arme tout comme le fu­sil du chas­seur », lâche sur un ton sé­vère l’an­cienne se­cré­taire comptable. Mo­nique Bu­ta­li plaide pour « un juste par­tage de l’es­pace » et « une meilleure sécurité grâce à une meilleure for­ma­tion ». Le mois der­nier, une fa- mille de Lé­zi­gnan (Aude) a re­trou­vé sa­me­di seize plombs dans son sa­lon, ti­rés par deux hommes qui chas­saient à proxi­mi­té et qui se sont en­fuis. Le len­de­main di­manche, c’est un vé­té­tiste qui a été bles­sé au bras dans la fo­rêt de Ve­nise (Doubs), par un tir de chas­seur qui par­ti­ci­pait à une bat­tue…

LP/J.-M.D..)

La Voulte-sur-Rhône (Ar­dèche), le 21 oc­tobre. « La haine ne sert à rien. Ça vous dé­truit», as­sure Mo­nique Bu­ta­li, dont le fils est mort tué par un chas­seur alors qu’il rou­lait à vé­lo.(

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.