Le dé­bat des pro et des an­ti

Le Parisien (Paris) - - ACTUALITÉ - J.-M.D.

Les chas­seurs de leur cô­té ré­futent le « prêt à pen­ser » d’une na­ture « en libre ac­cès par­tout, tous les jours ». « La plu­part des ter­ri­toires sont des zones pri­vées, et n’im­porte qui ne peut y cir­cu­ler n’im­porte où », ex­plique Thier­ry Coste, conseiller po­li­tique de la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des chas­seurs. « La na­ture n’ap­par­tient pas à 60 mil­lions de Fran­çais. Trop de pro­me­neurs ou de cueilleurs de cham­pi­gnons ont per­du la culture de la pro­prié­té pri­vée et sont per­sua­dés que la na­ture leur ap­par­tient. Les fo­rêts do­ma­niales sont ex­clues de la chasse le di­manche car ce sont sou­vent des fo­rêts amé­na­gées pour le pu­blic », pour­suit Thier­ry Coste, qui rap­pelle que « la chasse est une ac­ti­vi­té par­ti­cu­liè­re­ment po­pu­laire et [qui] concerne d’abord des couches so­ciales qui n’ont que le di­manche pour chas­ser. Seuls les riches peuvent se per­mettre de ré­ser­ver des chasses en se­maine en So­logne ».

14 ac­ci­dents mor­tels en 2013-2014

Mais Thier­ry Coste a aus­si par­fai­te­ment conscience que « le monde des chas­seurs de­vra s’adap­ter à une co­ha­bi­ta­tion face aux néo­ru­raux. Nous avons en­tre­pris un énorme tra­vail de res­pon­sa­bi­li­sa­tion des chas­seurs ». Lors de la der­nière sai­son de chasse, la gen­dar­me­rie et l’Of­fice na­tio­nal de la chasse et de la faune sau­vage ont re­le­vé 14 ac­ci­dents mor­tels. Pour la cam­pagne 2013-2014, il y avait eu 16 morts, 21 lors de la sai­son 20122013. En 1999-2000, la chasse fai­sait en­core 39 morts. Les non-chas­seurs re­pré­sentent en­vi­ron 10 % des vic­times. L’Of­fice de la chasse rap­pelle que toutes les ques­tions liées à la sécurité sont éli­mi­na­toires lors du pas­sage du per­mis de chasse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.