« Je vou­lais être comme Oli­ver Kahn »

Le Parisien (Paris) - - SPORTS -

D’où vient votre vo­ca­tion de gar­dien de but ? KE­VIN TRAPP. J’ai com­men­cé at­ta­quant et, fran­che­ment, je n’étais pas ter­rible. Je trou­vais qu’il fal­lait trop cou­rir, ce n’était pas pour moi. Quand j’avais 7 ans, notre gar­dien a été bles­sé, et j’ai eu la pos­si­bi­li­té de prendre sa place. J’y suis res­té. Aviez-vous une idole, à l’époque ? Oui. C’était Oli­ver Kahn, le ca­pi­taine du Bayern Mu­nich et de la sélection al­le­mande. J’ai­mais son ca­rac­tère, son style de jeu. Je vou­lais être comme lui. Au­jourd’hui, j’ai en­core des mo­dèles comme Neuer, l’ac­tuel gar­dien de la Mann­schaft, qui a beau­coup chan­gé le re­gard des gens sur le poste de gar­dien. Il a mis la barre très haut. Par son jeu au pied, il est comme un 11e joueur de champ. Je re­garde aus­si Iker Casillas et Gian­lui­gi Buf­fon. Pour­quoi les gar­diens al­le­mands semblent-ils in­car­ner l’ave­nir du poste ? Jouer au pied, par­ti­ci­per au jeu, on l’ap­prend dé­sor­mais dès notre for­ma­tion. C’est de­ve­nu plus im­por-

« Jouer au pied, on l’ap­prend dé­sor­mais dès notre for­ma­tion »

tant de jouer haut, de sor­tir, de prendre des risques. Quand Neuer a com­men­cé à évo­luer comme ça, ce­la a été une ré­vo­lu­tion. De­puis, tout le monde a chan­gé sa fa­çon de jouer. Aviez-vous re­çu d’autres pro­po­si­tions cet été avant de si­gner à Pa­ris ? Oui, j’avais trois autres pro­po­si­tions. Mais le PSG fait au­jourd’hui par­tie des cinq plus grands clubs du monde, et il a ra­pi­de­ment été clair que je vou­lais ve­nir à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.