Hol­lande em­bus­qué à l’Ely­sée

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - ERIC HACQUEMAND ET PHI­LIPPE MARTINAT

AGEN­DA PO­LI­TIQUE char­gé hier pour Fran­çois Hol­lande. Au len­de­main du pre­mier tour des ré­gio­nales mar­qué par une pous­sée his­to­rique du Front na­tio­nal, le chef de l’Etat re­ce­vait… le Pre­mier mi­nistre du Qué­bec, Phi­lippe Couillard. Le pré­sident s’est en­suite plon­gé dans la ré- dac­tion des dis­cours qu’il pro­non­ce­ra au­jourd’hui pour ho­no­rer la can­ta­trice Bar­ba­ra Hendricks, et de­main pour pro­mou­voir Ni­co­las Hu­lot au rang de com­man­deur de la Lé­gion d’hon­neur. « Ses pré­oc­cu­pa­tions, ce sont la COP21 et la lutte contre le ter­ro­risme », as­sure son en­tou­rage. Moins le pré­sident des­cend dans l’arène élec­to­rale, mieux il se porte, comme en té­moigne sa re­mon­tée dans les son­dages de po­pu­la­ri­té après les at­ten­tats du 13 no­vembre. « Hol­lande ne par­le­ra pas et il a rai­son, confie un poids lourd du gou­ver­ne­ment. S’il s’ex­pri­mait vous se- riez les pre­miers à dire qu’il prend par­ti. Il ne faut ja­mais don­ner des ar­gu­ments à ceux qui font des com­men­taires ». De là à par­ler d’in­dif­fé­rence, il y a un pas qu’au­cun so­cia­liste ayant cô­toyé Fran­çois Hol­lande, fé­ru de cam­pagnes élec­to­rales, ne fran­chit. « Vous croyez que di­manche soir, il a vrai­ment lu le rap­port de la COP21 ? » iro­nise un dé­pu­té PS.

Faire plier Masseret, ce n’est pas le job du pré­sident

Hier ma­tin, avant son en­tre­tien avec Phi­lippe Couillard, le ré­sul­tat des élec­tions est au me­nu de la réunion de ses prin­ci­paux col­la­bo­ra­teurs. Au­tour de la table, où le pré­sident écoute et prend des notes, le constat dres­sé est plu­tôt po­si­tif. Même si, avec les scores très éle­vés du FN, per­sonne ne sable le cham­pagne, « la gauche tient bon et la droite chute », ob­servent les par­ti­ci­pants, qui évoquent aus­si le cas Jean-Pierre Masseret. Le can­di­dat so­cia­liste en Cham­pagne-Ar­denne - Al­sace-Lor­raine re­fuse d’obéir à la consigne du re­trait. Et pour­tant, celle-ci a été prise di­manche soir en concer­ta­tion avec l’Ely­sée.

« Le con­nais­sant, je ne voyais pas com­ment Fran­çois Hol­lande pou­vait faire autre chose que prô­ner le re­trait », es­time un fi­dèle. Sauf à jouer le jeu dan­ge­reux des tri­an­gu­laires ou de prê­ter le flanc au slo­gan UMPS cher à Ma­rine Le Pen. A Ma­nuel Valls avec le­quel le pré­sident a dé­jeu­né hier de trou­ver la so­lu­tion. Car, ex­plique un conseiller, « faire plier Masseret ce n’est pas le job du chef de l’Etat ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.