Pen­sez-vous que tout soit dé­jà joué ?

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR -

Ar­naud Sau­vé

51 ans, for­ma­teur Blois (41) « Oui. Le FN va main­te­nir son bon score et même se ren­for­cer. Il bé­né­fi­cie des voix des dé­çus du PCF et du PS. Dé­sor­mais, il a une base qui adhère à ses idées. Nous ne sommes plus au temps du père Le Pen. A l’époque, les gens se ca­chaient pour vo­ter FN, main­te­nant ils as­sument. Pour ceux qui ne veulent vo­ter ni droite ni gauche, Ma­rine Le Pen est en train de rem­pla­cer le vote cen­triste. »

Lio­nel Le­che­vrel

64 ans, au­di­teur Fa­re­mou­tiers (77) « Non. On va as­sis­ter à quelque chose qu’on n’a ja­mais vu avec des tri­an­gu­laires to­ta­le­ment in­cer­taines. Le PS et l’UMP campent sur leurs po­si­tions et ne veulent pas faire de fu­sion. Mais le FN a fait le plein de ses voix. Di­manche, on va as­sis­ter à un dé­clic. Au pre­mier tour, on a tou­jours un vote de co­lère et la rai­son re­vient au se­cond tour. Au pire, le FN ne pren­dra que deux ré­gions. »

Clé­mence Chal­vi­dal

28 ans, res­tau­ra­trice Uzès (30) « Peut-être, car je ne pense pas que le vote FN soit un vote de contes­ta­tion. Main­te­nant, c’est un vote d’opi­nion. Les gens savent très bien qui ils choi­sissent. Le Front na­tio­nal a ga­gné sur le ter­rain des idées qu’il vé­hi­cule. C’est l’aprèsSar­ko­zy et Hol­lande, qui ont tous deux dé­çu. Il se dé­lecte des at­ten­tats sur­ve­nus cette an­née : le mal­heur des uns a fait le bon­heur des autres. » au se­cond tour. La po­li­tique m’in­té­resse peu. J’es­père juste que les gens vont se ré­veiller comme ça a été le cas en 2002 quand il y avait Le Pen et Chi­rac au se­cond tour de la pré­si­den­tielle. Il faut que les Fran­çais se rendent aux urnes et se mo­bi­lisent contre le Front na­tio­nal. Chez moi, en Bre­tagne, la gauche est en tête. J’en suis fière. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.